Réunions publiques Mise en place de points d’apport volontaire.

 

Voilà une nouvelle décision de nos élus et une preuve de plus de l’incompréhension qui existe entre les citoyens et leurs représentants.

Eh oui, aujourd’hui c’est le grand malaise de notre Société, nous élisons nos représentants et ils s’empressent de nous imposer les pauvres idées qu’ils apprennent auprès d’administrations aux pleins pouvoirs.

Déjà le vocabulaire, les points d’apport volontaires, cela pourrait servir de modèle au pouvoir technocratique. Je sais, le sens des mots évolue, négociation veut dire enfumage, concertation est synonyme d’ « Obéis » et ici « volontaire » veut bien dire « imposé ». Nous appellerons ça volontaire mais ça veut bien dire « obligé ».Mais de qui se moque t’on, si ce n n’est du citoyen, ce cochon de payant.

On nous répondra : Mais tout ceci est fait dans le cadre de la transition énergétique et du plan climat menés par Artois Comm. La ville et la communauté d’agglomération s’engagent dans la lutte contre le gaspillage et la valorisation des déchets. Mais en dehors du langage obscur qu’est ce que ça veut dire, nous trions bien nos déchets il y a bien les papiers et boîtes fer ou alu, les bouteilles, les déchets verts et le reste, est-ce que cela veut dire qu’aujourd’hui nos poubelles papier ramassées séparément sont balancées avec le reste et quelle garantie aurions nous dans ces conditions que le camion ramasseur de demain aille là où il devrait aller.

Restent les faits :

Quid des personnes âgées ?

Quid des personnes handicapées ?

Quid des mères de famille avec des jeunes enfants ?

Quid du coût du nombre de ces containers à moins de 2 minutes à pied de chaque foyer. ?

Quid de l’encombrement de nos trottoirs ?

Quid de la beauté de nos rues ?

Quid des étrennes des rippers qui ne nous rendront plus de service « immédiat » ?

Mais quel rapport avec la suppression à compter de mars des sacs poubelles, mais comment va-t-on porter nos déchets au container, avec nos petits doigts musclés ? Boîte par boîte, feuille par feuille, morceau de salade par morceau de salade, mais de qui se moque t’on. ?

Assez de communication, nous voulons de la vraie concertation, de la vraie écoute.

Bon courage pour les réunions publiques.

Jean-Marc Dendiével.

 

Retour à l'accueil