Quand c'est voté c'est voté ! Comment casser l'attractivité de la zone Nord à Bruay

Coup de frein pour l’association Pass à Béthune et sa carte de fidélité ?

Christophe Leclercq, conseiller municipal délégué au commerce, veut continuer à travailler sur le projet d’une carte de fidélité commune à tous les commerçants.
 

Quid de la nouvelle association de commerçants, s’interroge en conseil municipal mardi soir Michel François ? En septembre, Pass à Béthune avait été lancée par Philippe Lacomblez du Comptoir des produits régionaux et annonçait une carte de fidélité « unique en France » avec la possibilité de faire gagner une voiture ou un voyage tous les deux mois. Depuis ? Silence radio.

« On expliquera ça plus tard », répond Olivier Gacquerre au conseil municipal. Quid de la subvention de 8 000 € votée lors du conseil municipal d’octobre et qui avait fait grincer quelques dents ? « Nous ne nous sommes pas mis d’accord sur un programme d’actions, elle n’a donc pas été versée », précise le maire, La réalité est un peu différente. Pas très claire, en tout cas.

« C’est en stand by pour une question de financement. C’était trop court pour mettre des actions en place. »

Joint au téléphone, hier, Philippe Lacomblez explique qu’à cause d’un problème de santé, il a cessé ses activités associatives pour se consacrer à ses entreprises. La nouvelle présidente, ce serait Vanessa Kazubek. Une présidente qui « ne communique pas » avec notre journal, nous répond-elle ! Dont acte. On va donc piocher nos infos ailleurs.

L’association est-elle dissoute ou pas, comme certains l’affirment ? Nouveau coup de fil à Philippe Lacomblez, à l’origine du projet. Il affirme ne pas être au courant. « J’ai coupé les ponts. » Le conseiller municipal délégué au commerce, Christophe Leclercq, fait une réponse nuancée. « C’est en stand-by pour une question de financement. La subvention n’a pas été attribuée fin 2016 car des actions devaient être mises en place et le délai pour mars était trop court. Et au niveau du financement, c’était compliqué. »

Ne pas désespérer

Des commerçants ont, depuis, jeté l’éponge. « Il y a toujours des déçus », commente Christophe Leclercq qui estime que « Rien ne va mal. On attend de se réunir et de voir ce qu’on peut faire. C’est un sujet qui va revenir sur la table. Cette carte de fidélité, c’est quelque chose qui me tenait à cœur. Il ne faut pas désespérer, on va y arriver ! » 

Il faut  peut être aussi baisser les prix !! 

 
Retour à l'accueil