François Fillon : « Je m’en remets au jugement du suffrage universel »

Le parquet national financier, à qui a été remis jeudi 16 février le rapport de police sur les soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon, n’envisage pas de classement sans suite « en l’état

».

François Fillon, candidat à l’élection présidentielle, et sa compagne Penelope Fillon pendant la campagne du candidat de droite, le 29 Janvier 2017.

François Fillon, candidat à l’élection présidentielle, et sa compagne Penelope Fillon pendant la campagne du candidat de droite,

 

Le rapport de la police concernant l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon a été remis mercredi 15 février au parquet national financier (PNF), qui n’envisage pas « en l’état » de classement sans suite, a annoncé jeudi le parquet.

« Les investigations vont se poursuivre »

Autre sujet d’investigations, les emplois d’assistants parlementaires de deux enfants du couple, Charles et Marie Fillon, auprès de leur père quand ce dernier était sénateur de 2005 à 2007.

Réactions de François Fillon

« Il n’y a rien de nouveau, ni poursuite ni mise en examen », a réagi François Fillon dans Le Figaro. « Cela n’entame en rien ma détermination. J’entends plus que jamais porter le projet de redressement et de modernisation de la France, conformément au mandat qui m’a été donné par 4,4 millions de nos concitoyens. Je m’en remets donc désormais au seul jugement du suffrage universel ».

Un peu plus tôt jeudi, ce sont ses deux avocats qui étaient montés au créneau en réaffirmant que le PNF n’était pas compétent et agissait en violation du principe de séparation des pouvoirs

.

Retour à l'accueil