Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE CH'TI BETHUNOIS

LE CH'TI BETHUNOIS

Borloo prédit une rupture entre la droite et le centre

 

figarofr: Jean-Louis Borloo et François Fillon à l'Assemblée, le 7 septembre 2010.

Sa parole était très attendue. Objet de toutes les convoitises depuis que la droite et le centre se déchirent sur fond d'affaire Fillon, Jean-Louis Borloo a vu son nom être associé à celui d'Alain Juppé pour un éventuel ticket présidentiel. Mais, comme le maire de Bordeaux l'a fait lundi après-midi, le fondateur de l'UDI a définitivement écarté cette option mardi matin. «Je ne suis vraiment pas dans le jeu politique. Je ne suis pas à la manœuvre, mais la situation me paraît pathétique», assène-t-il dans Le Monde.

Le centriste considère que «la question se pose au-delà de la présidentielle». «Il faut se projet à fin juin, au moment du vote de confiance au nouveau gouvernement. Y a-t-il une majorité possible et laquelle?», interroge-t-il notamment. «Peut-on encore dire aujourd'hui que c'est la droite et le centre? À bien des égards, ça me semble difficile», martèle-t-il encore. En cause, le fait que les Républicains soient divisés, et que l'UDI plaide pour un retrait de François Fillon et la désignation d'un nouveau candidat.

Emmenées par Jean-Christophe Lagarde, les troupes de l'UDI doivent d'ailleurs se réunir en comité exécutif ce mardi soir pour décider de la stratégie à adopter vis-à-vis de LR. En interne, plusieurs voix dissonantes se font entendre: certains poussent pour un ralliement à Emmanuel Macron, quand d'autres appellent à revenir dans le giron des Républicains. Quelques rares autres laissent également entendre qu'ils souhaiteraient une candidature indépendante, mais cette option apparaît hautement improbable.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

le journaliste


Voir le profil de le journaliste sur le portail Overblog

Commenter cet article