Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE CH'TI BETHUNOIS

Et un de + !!!

29 Mars 2017 , Rédigé par le journaliste

Et un de + !!!
 
 
 
 

C'était attendu depuis plusieurs semaines, ce mercredi matin l'ancien Premier ministre a annoncé qu'il soutenait Emmanuel Macron. Et ce malgré son engagement lors de la primaire socialiste à soutenir le vainqueur. 

«Non», a-t-il répondu il ne votera pas pour Benoît Hamon. «Je voterai pour Emmanuel Macron», a-t-il assuré.

 

«Je ne veux prendre aucun risque pour la République», a justifié Manuel Valls mettant en avant «le danger du populisme, de l'extrême droite, du Front national». 

 

C'est en partie au nom du vote utile donc que Manuel Valls revient sur ses engagements lors de la primaire socialiste. Dans les débats du premier tour, comme tous les autres candidats, il avait en effet répondu «oui» à la question sur le soutien au vainqueur. Les choses se sont gâtées avant le second tour, avec l'avance de Benoît Hamon face à lui. Plusieurs fois interrogé dans les médias pour savoir s'il soutiendrait l'ancien ministre en cas de victoire de ce dernier au second tour, il avait copieusement botté en touche. «J'attends dimanche, je ne réponds pas aux questions avant qu'elles ne se posent», avait-il lâché sur France Info le 24 janvier avant de reconnaître qu'«il y a des règles bien évidemment». A deux jours du second tour, Manuel Valls avait expliqué qu'il ne défendrait pas le programme de Benoît Hamon mais avait ajouté qu'il «s'effacerait» devant le vainqueur parce qu'il est... «loyal».

«Moi j'ai un principe la loyauté...»

Manuel Valls et Emmanuel Macron n'ont pas eu des rapports simples lorsqu'ils étaient au gouvernement. Le Premier ministre, encore assez haut dans les sondages en 2014 à l'arrivée de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée dans son gouvernement, a d'abord apprécié travaillé avec lui. Mais rapidement les deux hommes ont été en concurrence. Petit à petit, Emmanuel Macron a pris de l'ampleur et a voulu imposer sa marque, quitte à marcher sur les pieds d'autres ministres. Contraint de rester loyal à François Hollande, Manuel Valls a dû laisser le ministre lui voler la carte du réformisme. Le lancement de son mouvement En Marche en avait agacé plus d'un au sein du gouvernement. Et Emmanuel Macron a encore devancé le Premier ministre dans sa course à l'Elysée en démissionnant du gouvernement à la fin de l'été 2016. La réaction alors de Manuel avait été claire : «moi, j'ai un principe la loyauté».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jean pierre 29/03/2017 11:50

Charte des Primaires Citoyennes : "Je m'engage à soutenir publiquement le-la candidat-e qui sera désigné-e à l'issue des élections des primaires citoyennes et à m'engager dans sa campagne". Voilà ce que vaut la signature de M.Valls.
Alors maintenant qu'il aille au bout qu'il rende sa carte...comme ses copains libéraux collomb, le drian, delanoé (ils ne méritent pas de majuscules tellement ils sont petits et minables).
Et puis, qu'il se présente sous l'étiquette "en marche" ...Vers quoi d'ailleurs ? Un retour à la 4ème ? D'autres mesures antisociales dans la lignée des lois Macron et el Kohmri , un gouvernement à coups de 49-3, La suppression de milliers de postes de fonctionnaires, les cadeaux au patronat et aux banques...
Fillon, Macron c'est la même politique libérale et anti-sociale...
Et non il n'y a pas deux gauches irréconciliables. Il y a une gauche avec des sensibilités différentes, celle de Benoit, Jean Luc et Yannick dans la lignée de Jean Jaurès et Léon Blum. Il y a une droite soumise aux intérêts du grand capital...

jean pierre 29/03/2017 09:42

Non un de moins à galvauder l'idée même du socialisme...Qu'il aille au bout de sa démarche et rende sa carte du PS. Loy