Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE CH'TI BETHUNOIS

Rue du Rabat, les riverains lancent l’offensive

31 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Rue du Rabat, les riverains lancent l’offensive

Ce que veulent les riverains : revenir à un projet du type de celui de l’ère Jacques Mellick, moins dense et bioclimatique. Mal barré, la SIA refusant de revoir sa copie et de refinancer de coûteuses études. Ce qu’espère le maire : faire mettre sur le papier ce que le n° 2 de la SIA lui aurait promis, à savoir de s’en tenir aux 76 logements financés à ce jour. Sinon ? Il songe à une parade : « Les bailleurs ont coutume de demander aux mairies de garantir leurs emprunts. Nous pourrions refuser. »

 

Lire la suite

Ressourcerie : la régie de quartier mise en demeure

31 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Ressourcerie : la régie de quartier mise en demeure

Le préfet a mis en demeure la Régie de quartier, qui gère la ressourcerie située sur la friche Ducrocq-Catoire, à Béthune, de régulariser la situation. Deux options s’offrent désormais à la Régie : soit le dépôt d’un dossier de demande d’autorisation en préfecture, qui lui ouvre un délai de trois mois pour satisfaire aux obligations administratives. Soit la cessation de l’activité, qui devra être effective dans les deux mois. La Régie de quartier a quinze jours pour donner sa décision. Rappelons que la mise en demeure intervient avant la prise d’un arrêté préfectoral.

Lire la suite

La critique est aisée et l'art est difficile.

31 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

La critique est aisée et l'art est difficile.

On retrouve souvent cette affirmation légèrement déformée. Cette formule est due à Destouches qui créa au XVIIIe siècle la comédie sérieuse, un genre qui se situe entre la comédie de Molière et le drame bourgeois de Diderot.

Dans cette pièce se trouve aussi un autre vers qui, lui, est souvent attribué à La Fontaine : « Chassez le naturel, il revient au galop. » L'idée que la critique est facile est contestée aujourd'hui pour ce qui est de la critique politique, certains prétendant qu'elle peut se hisser à la hauteur d'un art.

 

Bon tout ça c'est bien mais pour en arriver où ?

Une autre expression aussi est très à la mode, même si on assiste à un changement de personnage : "c'est la faute à"

Comment avec 9.36 ou plus encore 1.57 peut on se concentrer sur une critique systématique pas reconnue par le public, pour la politique par les électeurs ?

Sujet de réflexion pour ce samedi avec un soleil merveilleux, enfin pour l'instant....  

Lire la suite

Heureusement le ridicule ne tue pas !

31 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Heureusement le ridicule ne tue pas !

À 5 ans, elle se retrouve seule, devant l’école, pour 80 € de cantine impayés  

 

La petite Sarah a été prise en charge par la maman d’une autre élève. L’employée municipale à l’origine de cette exclusion de la cantine sera sanctionnée. 

« Ça fait peur quand même de se dire qu’une enfant de cinq ans est laissée seule devant l’école. Avec tout ce qui se passe actuellement… », s’indigne la mère de la petite Sarah, cinq ans et demi, qui est scolarisée en CP à l’école Claude-Monet. Alors qu’elle mange habituellement à la cantine, sa fille s’en est trouvée privée jeudi midi.

 

Aisne : un enfant de 9 ans auditionné pour apologie du terrorisme

Le procureur lui-même estime que les faits reprochés à l'enfant sont «totalement infondés». Le père a porté plainte.

Un homme a porté plainte pour diffamation après l’audition le 15 janvier de son fils de neuf ans par la gendarmerie de Villers-Cotterêts (Aisne), accusé d'avoir crié «Allah akbar» pendant une minute de silence en hommage à Charlie Hebdo.

Lire la suite

Madame Christiane, à quand le transfert de cette verrue du centre ville ???

31 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

 

 

Les deux candidats à l’évasion commençaient à escalader le mur d’enceinte donnant sur la rue d’Aire quand ils ont été arrêtés.

Représentant l’intersyndicale FO-CGT,dénoncent une fois encore le manque de moyens qu’illustre cette tentative d’évasion.

 

Un manque d’effectif récurrent. « Une fois de plus, on voit les conséquences du manque de personnel, expliquent-ils. Sans parler des personnels en congé maladie qui ne sont pas remplacés. » Les syndicats réitèrent leur demande d’effectifs supplémentaires pour l’une des prisons les plus surpeuplées de France.

Des mesures à prendre. Si des filets anti-projections ont été installés cour B et C, rien pour la A. Ils demandent la pose d’un grillage. Pour sécuriser la prison, ils veulent aussi « faire le ménage » avec une fouille des cellules pour sortir drogue et téléphones, reprendre les fouilles aux parloirs et demandent plus de sécurité dans le cadre de Vigipirate.

Lire la suite

A suivre .....

30 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

A suivre .....

Béthune : en 2015, 2 à 4% de baisse sur le taux local d’imposition; pour les 15%, on verra

PAR ISABELLE MASTIN

C’est ce qu’attendent de savoir les habitants de Béthune : de combien leurs impôts locaux, du moins la part communale, vont-ils baisser en 2015 ? Pas un mot à ce sujet mardi, lors du vote du budget. Mais ce n’est que partie remise en avril. Le maire explique pourquoi. Facile à tenir ou pas, la promesse des 15 % ?

 

1. Pourquoi pas mardi ?

Mardi soir, au conseil municipal, les élus ont adopté le budget primitif mais pas fixé les taux communaux d’imposition. La raison : trop tôt dans l’année, il leur manquait le compte administratif qui leur aurait indiqué l’excédent dont ils disposent. « C’est cet excédent que nous consacrons à la baisse d’impôt », rappelle Olivier Gacquerre. Pourquoi ne pas avoir attendu le printemps alors ? « On a voulu aller vite parce qu’après le vote du budget, il y a encore un délai, le contrôle de légalité etc. Et nous, nous voulions anticiper le lancement des chantiers et des dossiers. »

2. En avril, vide ton baril : de 2 à 4% de baisse ?

Le 7 avril, les élus plancheront sur un budget supplémentaire. Selon l’excédent « et les bases transmises par les services fiscaux » (lesquelles ont tendance à augmenter de presque 1 % par an), ils fixeront la part locale du taux d’imposition. En 2014, la décrue avait été de 1,5 %. Et en 2015 ? Le maire hésite. Allez, une fourchette... « L’excédent, c’est pour la baisse, mais si jamais on avait oublié une opération, on puiserait là. Je dirais entre 2 et 4 % de baisse. » Parmi ses espoirs pour l’avenir, l’observatoire fiscal. « Qu’au moins chacun paie le bon prix, dans un souci d’équité. Parce que tous les travaux ne sont pas déclarés... »

3. Le SIVOM, impôt caché ?                                                               

Déléguer des compétences au SIVOM, c’est tronquer le cadeau fiscal ? « On est transparent : on peut soit prendre le coût des services sur le budget, soit on fiscalise le service et les gens savent ce qu’ils paient. »

4. Et 15% de baisse sur le mandat, tenable ou pas ?

C’était une promesse de campagne du candidat Gacquerre : baisser de 15 %, le temps des six ans du mandat, la part locale du taux d’imposition. Y croit-il toujours ? « Je crois que c’est jouable, c’est notre objectif. Mais d’autres phénomènes vont jouer, par exemple les communes vont devoir verser des contributions. On ne maîtrise pas tout, il n’y a que les fous qui ne doutent pas. Si on n’y arrive pas, on s’expliquera. »

5. Les marges de manœuvre

Envoyer la note aux communes scolarisant leurs enfants dans les écoles de Béthune, c’est une voie, controversée. « On fait aussi des économies, sur les véhicules, les fluides, la téléphonie, l’éclairage... » Et la masse salariale, que l’opposition lui a reprochée de trop ménager ? « Il faut attendre la fin des contrats, les départs à la retraite qu’on ne remplacera pas, on fera aussi attention aux heures supplémentaires. Il faut 2 à 3 ans pour faire des économies structurelles. »

6. La consolante

Même 15 % de baisse du taux local, ça ne ferait pas une différence énorme sur la feuille d’impôt. Ça, le maire ne le dit pas. Mais il a une raison de se consoler, au cas où il échouerait. « Si on n’atteint pas 15 %, en parallèle on baisse les tarifs pour compenser », centres de loisirs, cantine...« Une dame m’a dit qu’elle voyait la différence dans son porte-monnaie. Ce n’est pas sur la facture globale mais c’est dans le service rendu. »

 

Lire la suite

Intervention sur le golf au Conseil Municipal

30 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Intervention sur le golf au Conseil Municipal

Il y a d’autres sujets qui fâchent, vous voulez brader le patrimoine, on peut en discuter, vous voulez supprimer des sports, c’est un sujet beaucoup plus délicat surtout quand vous en faites une présentation que je considère comme extrêmement malhonnête

 

Vous avez chiffré le coût du club de golf à 350 000€.

 

Pour ce faire vous n’hésitez pas à mélanger les torchons avec les serviettes

 

100 000€ pour la tonte des greens, je ne connais pas le coût réel, ce que je sais  et c’est dans le budget que vous nous présentez, l’entretien des terrains de sport dépend du SIVOM et il est fiscalisé. Ca veut dire que les citoyens de Béthune le payent mais dans la colonne SIVOM sur leurs feuilles d’impôt. Paierait-on moins au SIVOM si on supprimait le golf ? Je n’en sais rien mais je ne participe pas à l’élaboration du budget de cet organisme. Pour le budget de la ville il ne faut pas compter 100 000€, il faut compter 0

Vous dîtes aussi 3 employés municipaux coût pour la ville 120 000€.

Ignorez vous à ce point le salaire d’un cadre C de la fonction publique territoriale 40 000€ c’est peut-être le coût moyen d’un employé de la ville en faisant la moyenne des salaires et charges sociales des cadres C, B , A et A+, en aucun cas le coût d’un agent C. Comme de plus il n’y a que 2,5 salariés au lieu de 3 il faut dire 75 000€ au lieu de 120 000€

Pour le reste électricité, chauffage, consommables, entretien etc.. vous comptez

130 000€. Vous affirmez que c’est le coût réel, je ne vérifierai pas, ce dont je suis sûr c’est que cette somme inclut le coût de la salle qui est loin de ne servir qu’au golf. Il faut là encore et sûrement diviser par 2 cette somme de 130000€

 

Plus grave encore vous avez chiffré les dépenses mais oublié de parler des recettes

, les abonnements terrain , les seaux de balle pour le practice, les parcours sans abonnement sont payés directement à la ville Total pour une année 60 000€.

Il faut encore ajouter aux recettes la location de la salle et tout le monde ici sait que bien gérée, cette location pourrait rapporter davantage.

 

Vous voyez bien qu’il y a un gros problème de présentation, erreurs manifestes je ne crois pas, volonté suspecte me paraît plus probable. Je tiens à vous rappeler en outre que ce terrain a fait l’objet d’un déclaration d’utilité publique en tant qu’espace vert par le préfet du Pas de Calais en 1986 et qu’il me paraît difficile d’y construire quelque chose un jour.

 

 

Pas de réponse sur les chiffres, mais, comme dirait mon grand-père, la longue plainte du héron blessé , dans le style vous êtes tous contre nous, et puis ce merveilleux « on a déjà eu  des propositions de practice , de restaurant » mais ça, on avait compris le jour où le débat a été lancé dans la Voix du Nord et c’est même de là que vient le problème.

Et puis « Mais on se laisse jusqu’en septembre pour que le golf puisse aussi,  trouver des solutions, ou un exploitant. »

 

  1. Pourquoi donner des chiffres faux ?
  2. Sur la méthode, une fois de plus bravo ! Oui, sûrement, on peut améliorer les choses et notamment sur la location de la salle, mais pourquoi le golf (le terme «  les bénévoles de l’association » aurait été préférable) doit chercher seul une solution. N’y a t’il pas un élu accompagné du responsable du Service des Sports susceptible de réfléchir avec eux.
  3. Puisque les recettes du terrain rentrent dans les caisses de la ville, nos grands communicateurs ne peuvent –ils pas contribuer à l’envolée de ce sport qui marche déjà très bien.

 

Jean-Marc Dendiével.

Lire la suite

Élections départementales : au PS, défaite annoncée, division assurée

29 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Élections départementales : au PS, défaite annoncée, division assurée

 

Quand ils regardent dans le rétroviseur, les socialistes se rendent bien compte que quelque chose ne va pas. Ils ont pris une claque aux élections municipales en mars, une déculottée aux européennes en mai et sur les 13 élections législatives partielles qui ont eu lieu depuis le début du quinquennat, la gauche n'a gagné que celle de Saint-Pierre-et-Miquelon. Alors forcément, quand les socialistes regardent devant eux, c'est presque la panique qui les saisit. L'enchaînement en 2015 des élections départementales et régionales, c'est également la promesse de lourdes défaites.

Lire la suite

Ca commence comme ça, et aprés ???

28 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

 

Lestrem : Roquette, la direction générale déménage à Euralille

 

La direction générale de Roquette ainsi que les fonctions corporate du groupe s'installeront à Euralille, sur le territoire de La Madeleine, à la fin du premier trimestre 2015.

 


La direction générale de Roquette ainsi que les fonctions corporate du groupe s'installeront à Euralille, dans le quartier Romarin de La Madeleine, à la fin du premier trimestre 2015. REPRO «
LA VOIX
».
 
Lire la suite

La crise du golf !!!

28 Janvier 2015 , Rédigé par le journaliste

Golf de Béthune : Olivier Gacquerre «se laisse jusqu’en septembre»

 

La question avait suscité beaucoup d’émoi lors du dernier conseil municipal. L’opposition y est longuement et quasi-unanimement revenue mardi soir. Le maire en appelé au calme et à la réflexion qui devrait courir jusqu’en septembre.

Le maire Olivier Gacquerre a appelé au calme et à la réflexion concernant le golf : l’opposition n’a pas apprécié la méthode employée pour traiter ce sujet.VDNPQR

Cette question, soulevée lors du conseil municipal du 12 décembre, a causé beaucoup d’émoi dans les rangs de l’opposition. De Stéphane Saint-André (PRG), soulignant « la volonté de fermer le golf sans concertation », à Jacques Mellick (divers gauche), qui a lui aussi déploré « la méthode », rappelant l’historique de l’implantation du golf, soumis à un millefeuille administratif qui pèsera fortement sur le choix d’une solution.

 

« Problème de présentation »

En passant par Jean-Marc Dendiével (divers gauche), qui a évoqué « un gros problème de présentation », soulevant l’idée qu’enlaidir la mariée permettait de mieux amadouer l’opinion publique quant à la demande de divorce.

« Vous avez chiffré le golf à 350 000 €, a commencé l’opposant. Pour ce faire, vous n’avez pas hésité à mélanger les torchons avec les serviettes. Vous évoquez pour 100 000 € d’entretien des terrains. Mais c’est le SIVOM qui s’en occupe. En réalité, c’est 0 €. Vous dites que les 3 employés municipaux qui lui sont dédiés représentent 120 000 €. Les grilles tarifaires des agents municipaux doivent être très élevées à Béthune… Et ce n’est pas 3 salariés, mais 2,5. Il faut donc dire 75 000 €. Pour le reste, le chauffage, etc., vous comptez 130 000 €. Cette somme inclut le coût de la salle, qui ne sert pas uniquement au golf. Cela représenterait donc plutôt 80 000 €. Plus grave, vous avez chiffré les dépenses mais oublié de parler des recettes. La ville encaisse 60 000 € par an. »

Présentation et méthode : Olivier Gacquerre a expliqué sa manière de faire : « Si nous n’avions pas posé la question en conseil municipal, vous auriez crié au loup, en disant que nous bafouons l’opposition. Si par contre, on pose la question en débat, on a un raccourci. » Le maire a rappelé le délai de la réflexion : « On a déjà eu des propositions de practice, de restaurant… Mais on se laisse jusqu’en septembre pour que le golf puisse aussi trouver des solutions, ou un exploitant. »

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>