Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE CH'TI BETHUNOIS

Réflexion du soir ...

31 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Réflexion du soir ...

Canton de Lillers : dialoguer avec le FN, ou pas, c’est l’heure de se positionner

À vote singulier, situation particulière. Le canton de Lillers est l’un des six secteurs passés aux mains de l’extrême droite. Les deux nouveaux conseillers départementaux devront convaincre les élus locaux de travailler avec eux pour faire avancer les dossiers du secteur. Ça ne va pas être facile.

Après tout il l'ont voulu ils l'ont eu...Un petit rappel, Lillers, ville communiste depuis 1977 avec une simple interruption de 6 ans pour un PS

Mais ce Conseiller Départemental élu n'est pas un inconnu à Béthune,surtout pour certains béthunois.

La mémoire n'est pas un fourre tout, ou nous oublions quand ça nous arrange et ce qui nous arrange.

Souvenez vous des candidats aux dernières législatives et de leurs staffs.

Les fameux donneurs de leçons se souviendront certainement .... et nous n'en parlerons pas plus...  

.


 

Lire la suite

La gauche se cogne

31 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

 La gauche se cogne

Jacques Lacan disait que « le réel, c’est quand on se cogne ». Après un premier tour embrumé de présentations astucieuses des résultats, de commentaires sur les sondages et de postures politiques, le second tour des élections départementales livre la vérité de ce scrutin : une défaite majeure pour la gauche qui connaît un recul historique et un affaiblissement plus fort que le simple effet essuie-glace qui annulerait simplement les victoires des années 2000. Éliminée dès le premier tour dans un quart des cantons, la gauche est en voie de marginalisation face à une droite ressoudée et un Front National dont la dynamique doit inquiéter tous les démocrates.

Orpheline des promesses de 2012, la gauche dans son ensemble (qu’elle soit gouvernementale, critique, frondeuse, libre ou d’opposition) est en péril, à moins de deux ans de la fin du mandat de François Hollande. Pour redresser la situation et reconquérir la confiance des citoyens, trois options sont interdites au Président de la République : le replâtrage gouvernemental factice de la gauche, l’immobilisme providentiel qui escompte tout du retour miraculeux de la croissance et de l’emploi et l’accélération des « réformes » libérales. Ces trois options, plus ou moins combinables, seront perdantes pour la gauche et pour le pays. Le Mouvement Républicain et Citoyen n’appuiera aucune des trois.



 

Lire la suite

le vote de la ville centre a pesé.

30 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Canton de Béthune : dimanche, comment a-t-on voté dans les bureaux de la ville centre ?

 

Dans le canton de Béthune, le vote de la ville centre a pesé. C’est là que le tandem Delannoy - Delbart a regonflé son réservoir de voix, malgré une participation très (voire trop) faible.


Les votants béthunois ne se sont pas beaucoup déplacés aux urnes. Ceux qui l’ont fait ont donné de l’avance au binôme de gauche, davantage chahuté en périphérie.
 
Lire la suite

Parole d’élue: la parité au département, elles en pensent quoi?

30 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Parole d’élue: la parité au département, elles en pensent quoi?

Au lendemain de leurs élections dans les cantons de Beuvry et Béthune, Emmanuelle Leveugle et Nathalie Delbart font désormais jeu égal avec la gent masculine. Paroles de femmes engagées dans un département du Pas-de-Calais qui compte dans son assemblée 39 femmes, inédit.

Comment concilier vie professionnelle, personnelle et la fonction d’élue ?

Nathalie Delbart, canton de Béthune. « La politique, c’est un choix de vie. Mon mandat au département ne va pas bouleverser ma vie privée, j’ai une fille de 25 ans et je vis seule. Dans la sphère familiale, les femmes sont plus sollicitées que les hommes. Là, c’est du jamais vu, 39 femmes vont siéger au département, la parité est respectée. Ça a dû passer par la loi, mais on espère provoquer des vocations. »

Quelle est votre priorité pour votre canton ?

N. D. « Je veux me mettre à la disposition des 40 000 habitants du canton de Béthune. L’action sociale c’est la priorité du département, c’est aussi la mienne. Je vais aller à la rencontre des gens, tenir des permanences pour les aider dans leurs démarches. J’espère devenir un intermédiaire efficace entre les habitants et l’administration perçue comme dure. »

La parité au département, ça change quoi ?

N. D. « J’ai pu constater lors de la campagne que les gens étaient plus sensibles au rôle féminin du binôme. Les femmes ont un contact humain plus fort et les gens nous font plus facilement confiance. C’est sans doute issu de notre instinct maternel. Les femmes ont une vision plus humaine de la politique, les hommes sont plus techniques, c’est une belle complémentarité qui se dessine. »

Lire la suite

La gauche "ne fait plus envie"

30 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Dray veut "refonder totalement" le PS

Julien Dray, vice-président de la région Ile-de-France, a estimé ce matin, au lendemain de la lourde défaite de son camp aux départementales, que le PS était "à refonder totalement". Sur Europe 1, ce proche de François Hollande a rappelé avoir "dit il y a quelques mois que le Parti socialiste pouvait mourir, qu'il n'était pas une formation éternelle".



Le PS se meurt donc? "Il est à refonder totalement", a tranché Julien Dray, en rappelant que lors des congrès du parti, jadis, "on parlait des Bouches-du-Nord", pour évoquer les deux fédérations massives Bouches-du-Rhône et Nord. Or ces bastions ont été conquis par la droite. Il faut "recommencer tout à zéro".
"Il va falloir évidemment des inflexions importantes" de la politique menée, "mais elles ne sont pas que budgétaires", a poursuivi celui qui fut porte-parole du PS.

Un coup de barre à gauche, comme le réclament les frondeurs? "A gauche de quoi?", a répondu Dray. "Quand vous avez un vote comme vous avez autour du Front national, vous voyez bien qu'il y a des questions importantes qui sont posées, sur l'identité de France, son avenir, son rôle".

"Il y a une bataille culturelle" à mener, faute de quoi, "vous êtes dans une logique comptable", a-t-il encore dit. "On doit redéfinir ce qu'est le camp progressiste et à partir de là, se rassembler", a estimé l'élu de l'Essonne, département lui aussi tombé à droite.
Est-ce que dans deux ans, le candidat de gauche est déjà éliminé ? "Non, mais il est sacrément menacé", juge Dray.
Lire la suite

Le sursaut des républicains, le coup de barre à gauche des béthunois

30 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Canton de Béthune : Delannoy et Delbart, élus avec 55,66 %, face au FN, ont su rattraper leur retard

 

En position inconfortable à l’issue du premier tour, alors devancé par le FN, et pas très loin devant la droite « classique », le tandem Alain Delannoy et Nathalie Delbart a remarquablement tiré son épingle du jeu, en profitant massivement du report de voix. La victoire est au bout, avec 55,66 %.


Alain Delannoy a écouté le résultat final à Béthune, avant de repartir à Lapugnoy, commune dont il est maire.

C’est un résultat relativement conforme à ses prévisions. Alain Delannoy avait estimé pouvoir recueillir environ 55 % des voix à l’issue du second tour. C’était confirmé, à l’énoncé des résultats : 55,66 %. Des sourires, quelques applaudissements, pas d’effusion de joie. La bataille a été serrée. « On est allés chercher voix par voix », commentait Nathalie Delbart. « On s’est interrogés, on n’a rien pris à la légère », signale un Alain Demannoy « très heureux ».

La participation évolue peu : elle passe de 46,74 % à 47,84 % (342 votants de plus). Ce n’est pas sur la mobilisation des abstentionnistes que le scrutin s’est joué. Où allait se déverser le réservoir de voix des battus du premier tour ? Pour mémoire, le binôme de droite Callet-Cordonnier avait recueilli 21,34 % (2 953 voix) et les autres sensibilités, à gauche, totalisaient, en cumul, 2367voix.

 

Delannoy et Delbart doublent le nombre de suffrages

En proportion, face à son adversaire frontiste, le binôme de gauche a remarquablement récupéré son retard, et fait plus que doubler le nombre de suffrages recueillis d’un tour à l’autre : Delannoy et Delbart totalisent 7 488 voix (+103 % par rapport au 1er tour), quand Pajot et Titrent amassent 23 % de plus (5 964 contre 4 845). Un front républicain s’est formé. Pas de quoi entamer le moral du FN Ludovic Pajot : « Déjà, faire 31 % à Béthune et 35 % dans le canton au 1er tour, c’est une victoire. En 2011, au 2e tour, nous faisions 35 %. On a pris dix points ». En tête au 1er tour à Annezin, à Béthune, Chocques, Labeuvrière et Vendin-lès-Béthune, les frontistes ne conservent leur position dominante qu’à Chocques, au 2e tour (54,92 %).

À Béthune, coup de barre à gauche, où Delannoy et Delbart récoltent 59,05 %. C’est la deuxième commune la plus « pro Delannoy-Delbart » dans le canton, après Oblinghem (61,1 %). « Le FN est contenu à Béthune », remarque Pierre-Emmanuel Gibson. Aucun bureau de vote béthunois n’a préféré le binôme FN. Olivier Gacquerre, lui, signale que « beaucoup de gens de droite ont fait le choix de la République. Ce n’est pas un blanc-seing donné à la gauche. » Le vote FN interpelle quand même le maire : « c’est trente années de monochrome, et d’une pensée unique locale. On voit des électeurs de gauche aller vers l’extrême-droite. On ne peut pas, à chaque fois, se faire peur. À eux de tirer les leçons. » Et le maire d’envisager l’avenir de Béthune avec le conseil général : « Je distingue le contexte des hommes. Alain Delannoy a toujours joué le jeu, il n’a pas été sectaire avec nous. Ce n’est pas un politicard dans le sens où il n’est pas sectaire. »

Lire la suite

Le président est la et bien la !!!

29 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Canton de Nœux-les-Mines : Michel Dagbert et la rose Karine résistent à la vague bleu Marine

 

La gauche craignait le KO, elle est restée debout. Après avoir vacillé au premier tour – seulement 11 voix d’avance sur le Front national –, le président sortant du Département Michel Dagbert et Karine Gauthier ont remporté le canton de Nœux-les-Mines avec près de 1 200 voix de plus que leurs challengers.

Après un premier tour au forceps, la délivrance pour Karine Gauthier et Michel Dagbert, élus dans le canton de Nœux-les-Mines.

« C’est dur mais on va le faire. » En quittant Barlin vers 19 h, Michel Dagbert commence à souffler. 1 644 voix pour le binôme qu’il forme avec Karine Gauthier, 1 242 voix pour la paire FN, Maïté Lecat et Bruno Vallet.

« On va pas laisser entrer des administrateurs FN au collège, hein !, lance-t-il à son neveu. C’est tonton qui ira ! » Plus sérieusement, il s’inquiète de la percée de l’extrême droite, « avec des candidats inconnus. Au premier tour, ils auraient mis un lapin et une poule, ils passaient quand même ».

 

« Le choix de la raison »

Bruno Vallet, lui, comprend que « ça va être juste. La campagne du premier tour a été impeccable ; celle du second, ça a été dur. Nos affiches étaient arrachées tous les jours ».

Lire la suite

Canton de Béthune :

29 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Canton de Béthune :

Nathalie Delbart et Alain Delannoy passent , avec 55,66 %

Le binôme de gauche Delbart-Delannoy est sorti vainqueur de sa confrontation avec le binôme FN Pajot-Titrent.

Nathale Delbart Alain Delannoy et et vont siéger au conseil général, après avoir récolté 55,66 % des voix sur l’ensemble du canton de Béthune. Ludivic Pajot et Sylvie Titrent s’inclinent, avec 44,34 %. La participation dans le canton n’évolue que très peu, et passe, dans le canton, de 46,74 à 47,84 %.

Une seule des sept communes du canton fait virer les FN Pajot et Titrent en tête, au deuxième tour : Chocques, favorable à 54,92 % au binôme FN. Partout ailleurs, Delbart et Delannoy sont arrivés en tête, notamment à Béthune, deuxième meilleur score du tandem, avec 59,05 %.

Enfin 55, 66 %, avec un retour énorme et un vrai sursaut républicain sur Béthune c'est un score tout à fait dans les normes

Lire la suite

Victoire des républicains sur le canton de Béthune !

29 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

résultats partiels, ça peut être et doit être plus...

résultats partiels, ça peut être et doit être plus...

Lire la suite

OUPS..............

28 Mars 2015 , Rédigé par le journaliste

Pôle Emploi échelonne la dette d'un chômeur sur 26.000 ans

Paris le 14 fevrier 2012. Illustration logo agence pole emploi. 

Du surréalisme à Pôle emploi. C'est l'histoire d'un trop perçu. L’établissement public demande 3.135,20 euros à un habitant de Miosse (Gironde) en mars 2013, rapporte le site de Sud-Ouest ce samedi. Le courrier, arrivé sur son «espace personnel» sur internet, précise que l’homme de 26 ans devra verser un centime par mois pendant… 26.126 ans. L’échelonnement «s'opérera par retenues sur vos allocations de 0,01 euro par mois jusqu'à extinction de votre dette», indique le mail.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>