Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:37

C'est une catastrophe nationale , mais qu'en pensent nos cultureux béthunois DB, BD et autres consorts ???

Rendez vous compte la culture française interdite !!!

 

 

Le comédien français est persona non grata en Ukraine en raison de ses prises de position en faveur de la Russie depuis le début du conflit russo-ukrainien.

 

Gérard Depardieu
 

Les instances ukrainiennes ne veulent pas de Gérard Depardieu sur leur territoire ! Citoyen russe depuis plus de deux ans, l'acteur français n'a eu de cesse de clamer sa dévotion totale pour son pays d'accueil et a multiplié les louanges à l'égard de Vladimir Poutine et de sa politique. Aujourd'hui, le service de sécurité ukrainien a annoncé que, sur demande du ministère de la Culture, Gérard Depardieu n'avait plus le droit d'entrer en Ukraine.

Liste noire

Cette sanction est à effet immédiat et court pour une durée de cinq ans. Pendant ce délai, Gérard Depardieu sera placé sur liste noire. Et si aucune raison officielle n'a été avancée par le nouveau gouvernement de Petro Porochenko, cette décision intervient quelques mois après les déclarations polémiques du comédien. "J'aime la Russie et l'Ukraine, qui fait partie de la Russie", avait-il publiquement fait savoir suite à l'indexation très contestée de la Crimée l'année dernière. Par la suite, Gérard Depardieu s'était même montré satisfait que la Serbie ait refusé de s'associer aux sanctions internationales visant à affaiblir Vladimir Poutine, accusé d'entretenir la rébellion pro-russe dans l'est de l'Ukraine.

 

 

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:29

 

Etienne Lefebvre / Rédacteur en chef "International, Politique et Economie générale"
 

 

«  Une base de discussion avec le gouvernement en vue du débat budgétaire », dixit le PS. «  Un détricotage en règle du pacte de responsabilité », selon un ministre. Le texte adopté lundi soir à une large majorité par le bureau national du Parti socialiste ne vise pas à corriger à la marge la politique économique de l'exécutif, mais bien à l'infléchir nettement. C'est la suite logique et regrettable d'un congrès de Poitiers ayant accouché d'une motion ambiguë, signée par des ministres expliquant ne pas se sentir liés par des recommandations phares telles que la « réorientation » du pacte. Au coeur du débat : la volonté récurrente de nombreux socialistes de ne pas voter les baisses de prélèvements prévues pour les entreprises en 2016 et 2017 afin de les réaffecter à des baisses d'impôts pour les ménages et des dotations aux collectivités locales. Alors que François Hollande affiche sa détermination de ne pas modifier son pacte, en respectant l'engagement d'une baisse des prélèvements sur les entreprises de 40 milliards d'euros sur 2015-2017, le PS explique doctement que 30 milliards suffisent, tordant les statistiques pour affirmer que le sujet de la perte de compétitivité française serait derrière nous... Les propositions de baisses d'impôts pour les ménages s'apparentent quant à elles à une énième tentative de remettre à l'agenda la « grande réforme fiscale » consistant à rendre la CSG progressive,

 

 

«  Une base de discussion avec le gouvernement en vue du débat budgétaire », dixit le PS. «  Un détricotage en règle du pacte de responsabilité », selon un ministre. Le texte adopté lundi soir à une large majorité par le bureau national du Parti socialiste ne vise pas à corriger à la marge la politique économique de l'exécutif, mais bien à l'infléchir nettement. C'est la suite logique et regrettable d'un congrès de Poitiers ayant accouché d'une motion ambiguë, signée par des ministres expliquant ne pas se sentir liés par des recommandations phares telles que la « réorientation » du pacte. Au coeur du débat : la volonté récurrente de nombreux socialistes de ne pas voter les baisses de prélèvements prévues pour les entreprises en 2016 et 2017 afin de les réaffecter à des baisses d'impôts pour les ménages et des dotations aux collectivités locales. Alors que François Hollande affiche sa détermination de ne pas modifier son pacte, en respectant l'engagement d'une baisse des prélèvements sur les entreprises de 40 milliards d'euros sur 2015-2017, le PS explique doctement que 30 milliards suffisent, tordant les statistiques pour affirmer que le sujet de la perte de compétitivité française serait derrière nous... Les propositions de baisses d'impôts pour les ménages s'apparentent quant à elles à une énième tentative de remettre à l'agenda la « grande réforme fiscale » consistant à rendre la CSG progressive, chantier là encore écarté à plusieurs reprises par l'exécutif. Bien sûr, il y a comme toujours une part de théâtre dans cet affrontement, chacun montrant ses muscles avant les débats budgétaires de l'automne. Mais comment ne pas se lasser de voir la gauche au pouvoir se diviser sur les mêmes sujets, se complaire dans le double discours et se montrer incapable d'assumer pleinement une ligne économique qui ne fait guère débat chez nos voisins.

Plus prosaïquement, une nouvelle période d'incertitude s'ouvre pour les entreprises, et c'est exactement l'inverse de ce qu'il faudrait pour conforter l'investissement et donc la reprise. Une reprise modeste, qui tarde à se traduire par une décrue du chômage, quand d'autres pays européens décollent, à l'instar du Royaume-Uni. Tous les Etats de l'Union européenne entendent poursuivre leurs efforts en faveur de la compétitivité de leurs entreprises, comme l'illustrent les annonces récentes des gouvernements italien, britannique, espagnol ou encore belge. La France, qui a elle aussi engagé ce chantier de longue haleine, est donc loin du point d'arrivée. Le Parti socialiste se trompe de cible en s'attaquant au pacte. Plaider pour une baisse d'impôts serait légitime, à condition de la financer par une réduction des dépenses publiques. A quand des propositions concrètes d'économies de la part du PS ?


 

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 10:01
humour de juillet.

Le Petit Pierre revient de l'école et demande à son père:
- Papa, j'aurais besoin de tes lumières. Pourrais-tu me parler de la politique ? J'ai un devoir à rendre pour demain.

Après un instant de réflexion, son père lui répond:
- Bien, je pense que la meilleure méthode pour t'expliquer tout cela est de faire une analogie avec notre famille:
"- Je suis le capitalisme car je nourris la famille."
"- Ta mère est le gouvernement car elle contrôle chaque chose."
"- La bonne est la classe ouvrière car elle travaille pour nous."
"- Toi, tu es le peuple."
"- Ton petit frère, c'est la future génération."
En espérant que cela puisse t'aider pour ton devoir...

Le petit Pierre dit:
- Merci Papa. Je ne comprends pas tout mais je vais y réfléchir.

Dans la nuit, le Petit Pierre est réveillé par les cris de son frère. Il constate que ses couches sont sales. Il se rend dans la chambre de ses parents et essaie de réveiller sa mère sans succès. Il remarque que la place de son père est vide. Il retrouve son père au lit avec la bonne. En désespoir de cause, il retourne se coucher.

Le matin suivant, au petit déjeuner, il dit à son père:
- Papa, je crois que cette nuit, j'ai tout compris à la politique.
- Excellent mon garçon. Et qu'as-tu compris ?
- J'ai appris que le capitalisme baise la classe ouvrière tandis que le gouvernement roupille, ignorant le peuple et laissant la génération future dans la merde.

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 00:57

La Dépêche rachète le groupe Midi Libre, Baylet annonce 300 suppressions d'emplois

Après un premier échec, il y a huit ans, Jean-Michel Baylet, le PDG de La Dépêche du Midi, s'est enorgueilli jeudi du rachat au groupe Sud Ouest des Journaux du Midi, qui s'accompagnera de la suppression d'environ 300 emplois, pour former le quatrième groupe de presse régional français.

  Jean-Michel Baylet, PDG de La Dépêche du Midi (à gauche), et Bernard Maffre, futur PDG de Midi Libre, lors de la conférence de presse de rachat du groupe Midi Libre - 25 juin 2015 © France 3 LR / N. Mutel

 

 

En présentant jeudi soir lors d'une conférence de presse la finalisation de ce rachat, M. Baylet qui se trouvait à Saint-Jean-de-Védas, siège social du groupe des Journaux du Midi (L'indépendant, Centre Presse et Midi Libre) a levé le voile sur son impact sur les salariés, en évoquant "150 suppressions d'emploi dans chaque groupe environ".

La Dépêche emploie 800 salariés et enregistre un chiffre d'affaires de 145 millions d'euros et le groupe Les Journaux du Midi 920 personnes pour un chiffre d'affaires de 120 millions d'euros.

 

le principal syndicat des deux groupes SNJ-Solidarité a dénoncé une "saignée".
M. Baylet a présenté ses orientations pour péréniser le nouveau groupe, qui sera, selon lui, le 4ème groupe de presse régional "indépendant".

 

Il y aura des mutualisations et des rationalisations. Nous venons pour créer les conditions de retour à la prospérité, pour pouvoir ensuite investir et conforter nos groupes de presse", a-t-il aussi plaidé.


"Aujourd'hui, ni l'un ni l'autre ne peut investir. Certaines décisions difficiles (...) seront à prendre, le plus rapidement possible", a prévenu M. Baylet, également président du parti radical de gauche, membre de la majorité gouvernementale.

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 00:19

Loi sur les entreprises en difficulté : Montebourg en rêvait, Macron l’a fait

 

Si la loi Macron votée le 10 juillet 2015 a été largement commentée dans ses aspects les plus médiatiques, certaines de ses dispositions relatives aux entreprises en difficulté, n’ont pas fait l’objet d’autant d’attention. Elles n’en sont pas moins importantes et méritent d’être brièvement décrites.

La loi Macron prévoit de réserver, à partir du 1er mars 2016, la connaissance de certaines des procédures relatives aux difficultés des entreprises à quelques tribunaux de commerce seulement.

Ces tribunaux de commerce spécialisés seront seuls compétents dans le ressort territorial qui leur sera assigné pour connaître des procédures de sauvegarde, redressement judiciaire et liquidation judiciaire concernant des entreprises :

- Dont le nombre de salariés est d’au moins 250 et dont le chiffre d’affaires est d’au moins 20 millions d’euros ou dont le chiffre d’affaires est au moins de 40 millions d’euros ou qui atteignent ces seuils en cumul avec leurs filiales ;

- Dont l’ouverture d’une procédure collective nécessite la mise en œuvre de règles de droit international ou communautaire.

S’agissant de la procédure de conciliation – procédure amiable –, les mêmes règles de compétence seront applicables.

L’intention est louable : en spécialisant certaines juridictions et en y concentrant le traitement des difficultés des entreprises les plus importantes, ces juridictions gagneront en expérience et en technicité et l’on ne peut que s’en réjouir.


 

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 15:31
Quand St André a une révélation!

St André déclare ce jour que le maire de Béthune est un Homme de Droite ! Il vaut mieux tard que jamais ! Mais alors quel aveu !

En 2008 pour battre la municipalité socialiste le député UMP Flajolet et Olivier Gacquerre UDI ne sont pas pour lui des hommes de droite et s'allie avec Gacquerre et un grand nombre d'UMP. Sans réelle conviction seule compte pour St André une ambition personnelle sans borne. Et découvre aujourd'hui 7 ans après les élections municipales de  2008 que Gacquerre qui fut son 1er adjoint pendant 6 ans son vrai bras droit est un homme de droite. Incroyable !

On comprend pourquoi les citoyens ne vont plus aux urnes ou vote FN. En 2008 et pendant 6 ans St André s'est foutu des Béthunois. Mais que ne ferait on pour sauver son siège de député ! En avouant qu'il s'est allié avec la droite St André commence son chemin de rédemption. Cela va être long car à la trahison de mars 2008 il faut ajouter tous les votes des lois anti sociales et d'austérité sans oublier les erreurs stratégiques en politique étrangère qui conduit la France à être vassal des États Unis et de l'Allemagne.

Certes il sait qu'il ne faut pas désespérer pour entreprendre. Nous lui souhaitons bon courage pour rassembler les forces éparses de la gauche de toujours.

                                                                                                                                    Pierre Gosselin

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 09:15

Béthune : réfection et renforcement de la voirie avenue Jean-Jaurès

Les choses sérieuses commencent.

Centre ville on refait la route

Ailleurs, un petit coup de peinture sur les lignes blanches.

Sainte patience priez pour moi

On ne peut pas tout faire en même temps, il y a encore de l'avenir pour les garages en pneus, roues ou autres amortisseurs !!!!

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 00:13

Pour Séguéla, un clochard peut « mettre de côté 1500 euros !»

 
Tentant un mea culpa à propos de sa malheureuse phrase sur «la Rolex», Jacques Séguéla a commis une nouvelle maladresse. 

Plus de six ans après sa sortie malheureuse sur «la Rolex», Jacques Séguéla commet une nouvelle maladresse, moquée lundi sur les réseaux sociaux. Certes, le publicitaire reconnait  avoir jadis dit une «connerie» en affirmant que «si à 50 ans on n'a pas une Rolex», on a «raté sa vie».

 


Mais pour se justifier, l'homme de 81 ans donne un argument peu convaincant : «Surtout, ça voulait dire que la vie est un rêve, qu’il faut rêver, rêver de tout. La Rolex est un symbole comme un autre et j’aurais pu dire une Ferrari, ou j'aurais pu dire un stylo Bic, peu importe, un objet culte dont on a envie. Il n’y a pas de raison de dire aux gens "Vous êtes condamnés à ne jamais vous faire le plaisir de votre vie". On a quand même le droit, même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1 500 euros !».

 

Dans les années 80 avec Mitterrand s'était pas trop mal, en 2008 avec le sarko ça déconnait à  plus que moitié, mais maintenant le mal a fait son oeuvre, circulez "il n'y a rien à voir"....

Ou alors notre largesse légendaire lui accorde 5 € par jour on verra bien, il ira vite chez coluche aux "resto du coeur"

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 22:59

Vers un bulletin de paie simplifié pour les salariés

 

Document crucial, le bulletin de paie est devenu au fil du temps une « énigme » pour les salariés, qui ne retiennent que le solde en bas de page. Il devrait bientôt faire peau neuve, à l’initiative du gouvernement. Une expérimentation par des entreprises volontaires pourrait être mise en place en janvier 2016.


Une fiche de paie en France compte 40 lignes contre 15 en Allemagne.

La fiche de paie simplifiée faisait partie des 50 premières mesures dévoilées en avril 2014 dans le cadre du « choc de simplification », voulu par François Hollande.

Le gouvernement avait assuré dans un premier temps qu’un nouveau bulletin serait testé en 2015 et généralisé l’année suivante. Mais l’échéance a été repoussée et une mission a été confiée en début d’année à Jean-Christophe Sciberras, DRH France du groupe Solvay.

Dans son rapport, qui sera remis lundi après-midi au gouvernement, la mission propose trois étapes : une expérimentation par des entreprises volontaires (1er janvier 2016), une mise en œuvre dans les entreprises de plus de 300 salariés (1er janvier 2017), puis la généralisation (1er janvier 2018).

 

Sachant que le regard des employés de tout grade et de tout niveau  de salaire se porte dans la case en bas en droite bien souvent encadrée et en gras qui représente le salaire net, qu'est ce qui vienne encore nous emm... avec cette mesurette à grand renforts de pub dans la presse écrite, télé et radio.

Et les mecs on s'en tape ! annoncez plutôt que le mois de juillet a vu un chômage à 2 %. Le reste des détails ...

Assez de com. comme à Béthune des actes ...

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 12:23

une vidéo sur le quartier du Mont-Liébaut cartonne sur la Toile

 

 

Ta ville, tu l’aimes et tu la filmes ! C’est grosso modo le concept du concours national « J’aime ma ville ». La vidéo d’un Beuvrygeois sur le quartier du Mont-Liébaut cartonne et caracole à la quatrième place des votes sur le site. Si vous aimez le Mont-Liébaut ou Béthune, votez ! Ce serait beau de détrôner Lyon, non ?

v1

En septembre 2014, lorsque Éric Stopin tourne une vidéo du Mont-Liébaut, il ne s’imaginait pas qu’elle figurerait quelques mois plus tard sur le site du concours national « J’aime ma ville ». « Au départ, cette vidéo, c’était une commande de la municipalité pour fêter les dix ans de la rénovation Anru du quartier du Mont-Liébaut. Après, je me suis pris au jeu. »

A la base de cette énorme rénovation de ce quartier populaire , n'y avait il pas un certain Jacques Mellick associé avec un certain Jean Louis Borloo...

les autres n'ont fait que suivre le mouvement engagé, et ils continuent d'ailleurs, c'est facile d'inaugurer, mais à la base il faut penser et vouloir transformer sa ville et pas qu'avec de la peinture ou de la communication;

les habitants du Mont Liébaut s'en souviennent ...eux !!!

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article