Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 18:32
 Avant et aprés Avant et aprés

Les images parlent d'elles-même;

Non seulement aucune retransmission de la coupe d'Europe de football....

Un 14 juillet séparé, ce qui claque au Mont Liébaut, ce qui ramène du monde en faisant beaucoup de pub pour le maire centre ville, place du beffroi......

Maintenant que tout ça est passé, existe il un SAMU PSY béthunois ???

Car, quand on voit la place, il n'y a pas d'autres solutions que de prendre une corde pour se pendre...

Il ne manquerait plus qu'il pleuve...(bon d'accord ça ne serait pas de leur faute !!!)

 Avant et aprés Avant et aprés
 Avant et aprés
Published by le journaliste
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 15:49
Lu dans le gratuit bien connu "Le Bon Point"

Citoyens français recherchent Homme ou Femme d'Etat compétent ayant autorité naturelle pour assurer leur sécurité, l'emploi, la baisse des impôts et reconstruire la République après 11 années de promesses non tenues. Candidatures farfelues style "Casse toi pauvre con" ou "Mon ennemi c'est la finance",s'abstenir. Contrat CDD conforme à loi travail El Khomri.

Ne sont plus pris en charge salaires maquilleuse, coiffeur, cireur de chaussures.

Durée du contrat sera de 5 ans renouvelable 1 fois.

 

Published by le journaliste
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 16:32
Brèves de comptoir,  le retour désiré.....

- Comment vas tu ? Pas trop chaud ?

- Pff, je crève et rien de rafraîchissant, nulle part,surtout pas dans le journal !

- Ouais ça, ils ne parlent que de guerre, Nice, Munich, Béthune maintenant

Béthune ?

  • Ben ouais t'as pas vu, l'UDI contre l'UMP, Gacquerre contre Gibson pour les législatives, la municipalité en feu, indirigeable.
  • Pff, laisse tomber, c'est de la comm, bien évidemment qu'ils ne se présenteront pas l'un contre l'autre
  • Ouais, peut-être, mais quand même...
  • Rigole pas, un peu de mémoire s'il te plaît L'un comme l'autre à la veille du 1er tour des municipales juraient qu'ils ne feraient pas alliance pour le 2ème tour, ils ne pouvaient pas se sacquer et puis Paris est intervenu compte tenu de leurs petits scores ils leur ont imposé l'union et ils ont été trop contents d'obéir, Ici c'est pareil. La droite Gattaz c'est ça, ils font semblant à Béthune pour résoudre un vrai problème ailleurs, Laisse tomber.

 

- T'as sans doute raison, la comm. c'est leur grande force.

 

  • Ah, ça c'est sûr ils sont plus forts pour le faire-savoir que pour le savoir-faire.
  • J'ai bien ri à propos du feu d'artifice ?
  • Ah bon ?
  • Ben ouais, t'as pas vu le journal, 4000 spectateurs au Mont-Liébaut.
  • Ah si, il paraît qu'OG a appris à compter les foules avec la CGT de Marseille quand il faisait partie des Jeunesses Communistes.
  • J'y étais et moi j'ai vraiment compté, il y avait 803 personnes Place de la Communication, il y avait donc peut-être 3197 personnes sur les balcons, à leurs fenêtres dans les Tours mais c'est impossible à compter, ils se moquent vraiment du monde, leur communication c'est du cinéma en permanence,

 

  • A propos de cinéma, c'est gagné, on va l'avoir, mais t'as raison OG ne sait pas compter.
  • Ah bon pourquoi ?
  • Ben, tu lis le journal ou quoi ? 6 mois pour mettre au point l'approche des travaux qui commencent en décembre, 1 an pour construire et OG qui nous dit dans le journal (VDN) que ce serait un beau cadeau si c'était ouvert pour la Noël 2018(???) .
  • Ouais, de toute façon, pour lui, l'essentiel c'est que les parkings de la gare soient finis pour mars 2020 et ça, c'est pas gagné d'avance.
Published by le journaliste
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 14:15

À Béthune, les pistes cyclables sont en triste état

 

Mylène Réveille

 
Daniel Dourlens, qui « roule en décapotable toute l’année », nous a préparé un parcours de 8,5 km. Ici, engagé dans le rond-point Saint-Pry.

L’été est enfin là, le Tour de France bat son plein. On se motive pour aller au travail à vélo. Avant ça, on se cale dans la roue de Daniel Dourlens, correspondant de l’association Droit au vélo à Béthune pour tester la circulation à deux roues.

Départ rue des Treilles, aucune difficulté. Rue du 11-Novembre, des aménagements ont été faits. « Bien », remarque le retraité béthunois. Place du Maréchal-Joffre, en allant vers le Boulevard Kennedy, le croisement derrière la Poste est un peu dangereux, du fait de la mauvaise signalétique au sol. Arrivés à hauteur d’un café, la terrasse de ce dernier grignote la piste, on passe à côté. On continue avenue du Président Kennedy. Et là, on constate le mauvais état de la piste cyclable, où des véhicules empiètent parfois pour se garer. « Je proposerais un stationnement sur la partie droite de la chaussée, sur 200 mètres, du rond-point jusqu’au parking Descamps, c’est très simple à faire et ça améliore la sécurité », juge Daniel Dourlens. Le cheminement cycliste est un moment coupé au niveau de la société Cheminées Philippe. On s’engage alors dans le grand rond-point Bridgestone, personnellement pas très rassurée. Ici, aucune signalétique pour les cyclistes.

 

 il n'y'a pas que les pistes !!!  il y a aussi les rues et les avenues qui sont constellées de rustines les unes sur les autres, sans compter les trous et les bosses. la peinture des passages cloutés est entrain de disparaître progressivement, des mauvaises herbes commencent à pousser dans certains caniveaux de rues, si c'est cela le progrès, il n'y en a plus du  tout.

On va peut être demander à B-Clic de prendre une pelle et une pioche ou la faucille et le marteau comme ils veulent ......

 

Published by le journaliste
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 09:45

Béthune : le maire investi par l’UDI, son adjoint par les Républicains, qui briguera l’Assemblée nationale ?


Le 30 mars 2014, l’alliance de Pierre-Emmanuel Gibson et Olivier Gacquerre faisait basculer Béthune à droite. PHOTO pascal bonnière

VDNPQR

 

 

Ne pas confondre investiture et candidature. Les premiers choix par l’UDI des poulains potentiels pour l’Assemblée nationale sont connus. Le maire de Béthune en fait partie. Son premier adjoint LR, lui, est déjà en campagne. Ce sera un fauteuil pour deux, mais la guerre est loin d’être déclarée. Décryptage. 

La guerre est-elle déclarée entre le maire et son premier adjoint Pierre-Emmanuel Gibson ? C’est ce que les Béthunois pourraient croire en découvrant les noms des premiers investis par l’UDI dans la course à la députation. Sur les 7 dévoilés dans le Pas-de-Calais, un ressort : celui d’Olivier Gacquerre. C’est dans la logique, souligne le président départemental : tombeur de Stéphane Saint-André en 2014, il incarne la nouvelle génération gagnante.

À un problème près : dans la même 9e circonscription, passée à gauche en 2012 quand le même SSA a battu la droite, le premier adjoint Pierre-Emmanuel Gibson s’est déclaré candidat pour 2017 dès après les municipales et a depuis glané l’investiture des Républicains. Ce face-à-face sur le papier marque-t-il la fin du binôme qui, en alliant ses voix, a pris la mairie ? Eh bien non, c’est plus compliqué, c’est de la politique.

En dépit des rumeurs épisodiques sur les tempêtes en mairie, ces deux-là s’astreignent à préserver l’alchimie du début et la répartition des rôles : moi maire, toi adjoint et candidat député. « Notre binôme fonctionne », répète un maire « flatté » de l’investiture. « C’est Paris qui est venu vers moi. »

« Aucune menace »

Mais après ? Jeudi soir, ils se sont longuement parlé au téléphone. « Il y a notre fontionnement local et les raisonnements des partis au niveau national. » Braqués sur l’adversaire commun, le député de gauche sortant, ils voient les mois prochains « avec sérénité», affirme Pierre-Emmanuel Gibson qui glisse que le sujet de l’investiture n’est pas nouveau entre eux et qu’il n’y a « aucune surprise » et sutout pas « de menace ». Olivier Gacquerre répète « avoir toujours voulu être maire à temps plein. Ce serait un mauvais signal de dire qu’on s’en va en cours de mandat. Pierre-Emmanuel, lui, a toujours eu des objectifs très clairs et je le comprends. Le reste, ce sont des jeux d’appareil. »

La suite se jouera en fin d’année, après la primaire à droite, selon le candidat à la présidentielle et les accords nationaux avec l’UDI et le MODEM. Des deux, un seul briguera l’Assemblée nationale. Où O. Gacquerre admet que « même si je me vois plutôt maire, s’il apparaissait que j’étais mieux placé pour gagner, on rediscuterait. Mais il n’y aura pas de guerre, nous ne serons pas les marionnettes des partis. Notre binôme fonctionnera dans un sens ou dans l’autre», entendez l’un à la mairie, l’autre à Paris. Olivier Gacquerre, qui « sort d’une alliance qui n’a pas fonctionné » avec SSA, veut tirer les leçons du passé.

Ce qu’en disent les présidents

Un échelon au-dessus, qu’en pensent les présidents départementaux des Républicains et de l’UDI ? Côté LR, Daniel Fasquelle n’a pas le ton du partenaire trahi. « Tout se déroule normalement. Les Républicains ont investi leurs candidats, l’UDI fait de même. Le nom d’Olivier Gacquerre n’est pas une surprise, c’est la logique, les partis repèrent les candidats potentiels. Il y aura des négociations au niveau national, ou pas, et selon les résultats de la primaire, nous déclinerons l’accord au niveau départemental. Et s’il n’y a pas d’accord national, nous discuterons entre nous au niveau départemental... Je me suis engagé à ds relations cordiales avec l’UDI. » Ça fait « longtemps » que le président des LR dans le Pas-de-Calais ne cache plus son soutien à Pierre-Emmanuel Gibson. Et puis, « la 9e fait partie des circonscriptions où, s’il y a un accord, je pencherais pour un candidat LR ».

« Tous deux légitimes »

Bon, entente cordiale ou pas, chez les amis de l’UDI, on est plus réservé dans les propos. Frédéric Leturque, le président de l’UDI dans le département, réplique d’un : « On verra, ça dépendra des résultats à la primaire ». Mais il réfute toute stratégie ou moyen de pression dans l’investiture du maire de Béthune, et remet vite le pied sur le terrain du dialogue. « Tous deux sont légitimes, naturellement. Dans le Béthunois, nous sommes convenus avec Daniel Fasquelle de rencontrer Olivier Gacquerre et Pierre-Emmanuel Gibson pour poser notre stratégie. » Dans le Pas-de-Calais, la gauche domine encore et Frédéric Leturque entend, avec ses partenaires, quadriller le terrain de vainqueurs potentiels. Même stratégie qu’aux Départementales et aux Régionales.

 

Et si c'était la souris qui court après le chat !
Published by le journaliste
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 21:03

Allemagne : fusillade dans un centre commercial à Munich, plusieurs morts

Les forces armées allemandes, près du centre commercial Olympia, à Munich, vendredi.

 

 

Une fusillade a éclaté dans un centre commercial près du stade olympique de Munich, faisant plusieurs morts et victimes, selon un porte-parole de la police.

 

Pendant ce temps la, on fait quoi bien assis dans les rafales ou autres Mirages ???

Published by le journaliste
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 14:42

un multiplexe à Béthune pour Noël 2017 ?

Béthune, 26 000 habitants, n'avait aucun cinéma depuis 12 ans.

Une façade fatiguée... C'est tout ce qu'il reste du dernier cinéma de la ville. Depuis sa fermeture, il y a 12 ans, les Béthunois sont obligés de faire 10 km pour voir un film : "On trouve toujours une amie qui vient nous prendre, mais si personne n'a le permis, le cinéma c'est trop loin".

Image de synthèse © France 3

© France 3 Image de synthèse

Une façade fatiguée... C'est tout ce qu'il reste du dernier cinéma de la ville. Depuis sa fermeture, il y a 12 ans, les Béthunois sont obligés de faire 10 km pour voir un film : "On trouve toujours une amie qui vient nous prendre, mais si personne n'a le permis, le cinéma c'est trop loin".

Dans 18 mois, un complexe devrait s'élever à la place de ce parking sauvage : 9 salles ; 1 700 fauteuils.

 
Cinéma : un multiplexe à Béthune pour Noël 2017 ?Il faut dire que 26 000 habitants sans aucun cinéma… c'était une occasion en or pour « Etoile »… le groupe parisien n'a pas hésité une seconEt promet, pour demain, un cinéma de quartier comme l'explique David Henochsberg, gérant d'Etoile cinémas : "Ce sera un ciné populaire, accessible. On programmera aussi bien un film arts et essais, que des films grands publics, VO et VF"
Ça n'a pas été un long fleuve tranquille pour le maire.Pendant 3 ans, le multiplexe de la ville voisine a tout tenté pour empêcher le projet en multipliant les procédures. A Bruay-la-Buissière, Le Méga CGR, que nous avons tenté de joindre, ne voulait pas voir débarquer un concurrent pour ses 12 salles.
A l'inverse, dans ce petit cinéma d'arts et essais, on espère jouer la contre-programmation ou pourquoi pas… un partenariat ? Eric Deleval, adjoint à la Culture de la mairie de Bruay-la-Buissière : "On peut effectivement imaginer qu'ensemble nous aurons un contact avec le public qui mette en valeur des films aux petits budgets ou grand public". Le chantier de ce nouveau cinéma à Béthune doit démarrer dès la fin de l'année. Sauf retard, les premiers spectateurs sont attendus pour Noël 2017.

 

 

Published by le journaliste
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 12:03
Bienvenue à Béthune

En cette période estivale, nombreux sont les bateaux de plaisance de différentes nationalités (belges, anglais, néerlandais… français) à effectuer une halte face à ce que nos élus désignent comme étant le port de plaisance.

 

On ne peut pas dire que leur accueil soit des plus chaleureux. Les hautes herbes, chardons, orties, déchets ont envahi les berges (sans oublier les rats), l’absence de toute signalisation…

 

Résultat, le temps d’un bref passage, ils repartent vers d’autres cieux plus accueillants. Pourtant l’endroit mériterait d’être aménagé et entretenu.

Bien sur on va nous répondre, avec le fameux principe du "c'est pas nous c'est...." la en l'occurrence peut être VNF ??? Et connaissant les principaux responsables des 2, on peut vous dire c'est la même chose...le néant.

 

Mais à force de promesses municipales, plus personne n’y croit.

Encore une fois : "courage fuyons..."

Bienvenue à Béthune
Published by le journaliste
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 10:00
Pour les nostalgiques !!

Rappelez vous du temps où les élus Béthunois pensaient au confort des citoyens et à l'attrait de la ville, pas qu'à leur compte bancaire.

 

Aujourd'hui il y a les habituels piliers de comptoirs ou plutôt de terrasses, mais pour la grande majorité des Béthunois c'est " courage........fuyons"

Pour les nostalgiques !!
Published by le journaliste
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 20:20
Au Mont-Liébaut, le renouveau en marche

Depuis deux ans, ça bouge beaucoup, mais le déclin du centre Olympie contrebalance l’enthousiasme

 

 

« J’étais dans l’illégalité, j’ai quand même fait démolir »

M.R.

 

L’ancien maire a encore beaucoup d’idées pour ce quartier.

 

Le pont Mendès-France pour désenclaver le quartier, c’est lui. Les fermes hollandaises, c’est lui… On ne peut pas parler du Mont-Liébaut sans parler de Jacques Mellick. L’élu a beaucoup fait pour ce quartier « comme pour les autres » , précise-t-il. Sa volonté était de l’aérer et d’y amener du travail.

En 1983, il obtient des financements dans le cadre d’un programme DSQ, c’est-à-dire développement social des quartiers. « Je voulais démolir des immeubles car les conduites d’électricité et de gaz avaient mal vieilli. Toutes les semaines, j’étais appelé la nuit pour des incendies, il y avait un problème de sécurité des habitants, mais le ministre du logement, Roger Quilliot, ne voulait pas démolir des bâtiments qui n’étaient même pas encore remboursés, il ne voulait pas céder. Il était dans une logique de gestion, moi dans une logique de proximité. J’étais dans l’illégalité, j’ai quand même fait démolir. » En 1984, le jour même où l’élu appuyait sur le bouton, Pas-de-Calais habitat signait la démolition par implosion. Ce jour-là, Jacques Mellick avait convié la population, « car je voulais leur monter ma volonté de changer les choses » .

Après ce premier tour de force, la deuxième étape a été l’opération de renouvellement urbain initiée par Jean-Louis Borloo. « Nous avons été le premier dossier du Pas-de-Calais. Tout ce qui se fait aujourd’hui a été décidé en 2007 » , rappelle l’élu qui a laissé son empreinte dans le quartier. Exit les barres qui ceinturaient l’école Victor-Hugo. Exit l’immeuble insalubre rue de Schwerte. « J’avais obtenu du préfet la démolition par anticipation. Je me battais jusqu’au bout avec l’administration pour faire avancer les choses. J’étais tout le temps un peu border line. » L’homme, qui est administrateur Pas-de-Calais habitat depuis 2011, avoue s’être « pris d’affection pour ce quartier populaire » , un quartier « qu’il faut faire attention à ne pas ghettoïser » .

 

Au Mont-Liébaut, le renouveau en marche
Published by le journaliste
commenter cet article