22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 11:10

Les premiers camions humanitaires russes passent la frontière

Arrêtés près d'une semaine, les premiers des 260 camions sont inspectés par les douaniers russes et ukrainiens après avoir passé la frontière. 

 

Un convoi russe de camions humanitaires s'approche du point de passage à la frontière avec l'Ukraine, le 17 août 2014

L'attente a assez duré. La Russie a décidé d'envoyer son convoi humanitaire dans l'est de l'Ukraine, bloqué à la frontière depuis plus d'une semaine. Les premiers camions passent la frontière ce vendredi pour atteindre les douanes ukrainiennes.  

 

 

"Tous les prétextes pour retarder la livraison de l'aide aux zones en situation de catastrophe humanitaire ont été épuisés. La Russie a décidé d'agir. Notre convoi chargé d'aide humanitaire se met en mouvement en direction de Lougansk", dans l'Est de l'Ukraine, a indiqué le ministre des Affaires étrangères russe.  

Les douaniers russes et ukrainiens inspectent les camions sous supervision de la Croix-Rouge à Donetsk.  

A la queue leu leu

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 09:06

Des années de déchets accumulés dans une maison... et une semaine pour tout nettoyer

Depuis des années, les riverains de la rue des Jasmins à Lens déploraient l’odeur… et les rats. Depuis lundi, sur demande du bailleur SIA, l’entreprise Agenor déblaie la maison dans laquelle des détritus ont été accumulés durant des années par la locataire. Trois bennes ont été remplies en deux jours. Et le chantier doit durer une semaine.

Dramatique, mais les commentaires à cet article sont stupéfiants, malheureusement de vérité et pour tous les organismes loueurs.

 

 

Et oui cela arrive malheureusement si la personne payait par prélèvement automatique, on ne pouvait rien, dire mais si on a laissé courir sans rien faire que fait l administration et les assistantes sociales, c est que du malheur triste société

 

Un elu haut savoyard de thonon les bains pour ne pas citer a il y a quelques mois fait une demande vla le maire de villeneuve d ascq pour recuperer un appartement pour loger un parent le logement pas tres propre et avec pas mal de travaux lui a ete livrer nickel en deux semaines

 

Attendre si longtemps pour réagir, afin de permettre aux riverains d'être soulagés des désagréments et ne pas savoir ce qu'est devenu la locataire ? Il faut le faire.

 

Et personne ne s'inquiète plus que ça du devenir de la locataire qui de toute évidence ne devait aller très bien que ce soit physiquement ou mentalement pour laisser toutes ces accumulations dans son lieu de vie ? Elle est peut être morte ou s'est suicidée mais on s'en fout. Triste société qui ne s'intéresse à son voisin que lorsque ça pue chez lui.

 

SIA Habitat a donc mis des années a réagir. C'est le probleme avec les bailleurs de logement social, comme l'argent tombe du ciel (L'Etat) tout le monde s'en fout.

 

Habitat social, vous avez dit social …

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 18:47

Le PS bethunois,le vrai, organise sa soirée moules frites le 1er septembre. D'autres ont essaye, mais pour eux ça se resume à un tete à tete'

Moules frites

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 10:30

D’après certaines sources locales, sur une opération qui n’a pas l’air de déranger les victimes :

La presse s’interroge,  que cherchait le commando qui a attaqué le convoi d’un prince saoudien sur le périphérique de Paris ? Les 250.000 euros dérobés, ou les documents diplomatiques ?

Comme d’habitude mensonge outrancier car c’est plus de l’ordre de 500 000 €

D’une source policière, on apprend que ce commando est la branche opérationnelle de WikiLeaks, l’association à but non lucratif dont le site web lanceur d’alerte publie des documents ainsi que des analyses politiques et sociales.

Leur prochaine cible, les bureaux de Q-Park et, le dossier du parking souterrain de la Grand’Place à Béthune !

 

On arrive au conseil du jour le Maoïste amateur de Grèce signataire exclusif de ce contrat ou marché ferait mieux de rester où il est, car si on croit ce site habitué à de fausses vérités il risque de se retrouver, sous la coupe de son amie Taubira.

 

Les fausses rumeurs circulent.

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 14:32

Des avantages en veux-tu en voilà pour nos parlementaires



Les élus de notre belle République sont nombreux (plus de 600 000), et leur attitude est loin d'être toujours exemplaire...

Les parlementaires par exemple usent et abusent toujours plus de nombreux privilèges et passe-droits que vous payez au prix fort !

Voici une liste (non-exhaustive bien sûr...) de leurs avantages :

·  Un député perçoit une pension de retraite de 1 200 EUR par mois pour avoir exercé un mandat de 5 ans, 2 400EUR pour 2 mandats, 3 400EUR pour 3 mandats... avec un plafond à 5 250EUR.

·  Les non-réélus issus du privé perçoivent une allocation d'aide au retour à l'emploi pendant 3 ans. Pour ceux qui viennent de la fonction publique, pas d'inquiétude. Ils retrouvent leur poste avec l'avancement qu'ils auraient eu s'ils avaient travaillé sans interruption...

·  Ils voyagent « à l'oeil » sur tout le réseau SNCF. Et ils ont en plus droit à 40 allers-retours en avion entre Paris et leur circonscription, sans compter six-allers retours où ils le souhaitent en France. Le tout en première classe, bien sûr...

·  Leur régime de Sécurité sociale est à part : ils cotisent moins et sont mieux remboursés.

·  Ils bénéficient de prêts d'aide au logement à des taux défiant toute concurrence (2% sur dix ans...), que tout le monde rêverait d'avoir.

·  En plus de leurs rémunérations attractives, ils perçoivent une Indemnité Représentative de Frais de Mandat (IRFM). Cette enveloppe, qui s'élève tout de même à 5 837 EUR net mensuels pour un député et à 6 159 EUR nets pour un sénateur, est censée permettre aux parlementaires de « faire face aux diverses dépenses liées à l'exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées ». Dans les faits, aucun justificatif n'est à produire, l'utilisation de ces enveloppes se fait sans le moindre contrôle ! Elle est bien souvent utilisée comme un complément de revenu fort confortable.

·  Ils disposent d'un crédit affecté à la rémunération de trois collaborateurs maximum : 9 021 EUR mensuels pour un député et 7 146 EUR pour un sénateur. Les dérives ne sont pas rares : certains embauchent leur conjoint ou leurs amis, ou gardent le crédit collaborateurs comme argent de poche...
Rajoutez à cela les «cumulards », environ 80% des parlementaires, qui bénéficient des compléments de rémunération de leurs autres mandats (mairie, conseil général ou régional, présidence de communauté de communes...), et vous obtenez des positions très attractives leur permettant d'accumuler un maximum de richesses, toujours payées par les contribuables...

Nos très chers élus …

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 11:50

Pris de panique avant une rentrée qui s’annonce catastrophique, l’exécutif semble compter sur l’Union européenne comme échappatoire. Une tentative tardive, floue et qui détourne de l’essentiel: Hollande et Valls devront d’abord se sauver de leurs propres choix et forcer le destin. Ni Juncker, ni Draghi, ni l’Allemagne ne le feront pour eux.

Depuis le début du mois d’août, l’exécutif s’est enfin décidé à reconnaître publiquement la gravité de la conjoncture économique et le risque de déflation qui pèse sur la zone euro, remettant en cause les objectifs gouvernementaux martelés depuis 2012. La croissance économique en France au deuxième trimestre était nulle.

Aucun «changement de cap» n’est cependant en vue pour l’instant. C’est le désarroi qui domine, en raison de l’absence d’une alternative claire à portée de main et de l’indétermination stratégique que François Hollande fait planer sur son gouvernement et sa majorité rétractée.

Le «sursaut» européen, une illusion

Le président français, justement, réunira tous les chefs de gouvernement sociaux-démocrates dans la capitale avant l’entrée en fonction de la nouvelle Commission. Au sein de cette dernière, le socialiste Pierre Moscovici se verra en outre attribuer un portefeuille économique au périmètre encore flou. Bien que responsable d’un courant de la gauche du PS qui a contesté l’austérité appliquée par l’ancien ministre du Budget,

1. Ni Renzi ni Moscovici ne seront évidemment en mesure de sauver Hollande et Valls.

2. L’appel au secours de ces derniers n’aura de sens que s’ils reviennent de manière critique sur l’orientation qu’ils ont jusqu’à présent mise en œuvre en France.

3. Une offensive éventuelle devra être beaucoup mieux coordonnée et suivie d’actes. Ni l’entre-soi social-démocrate, ni des complaintes indirectement adressées à Angela Merkel via la presse française ne seront à la hauteur.

.

Au demeurant, non seulement certaines demandes de François Hollande sont parfois inadaptées au contexte européen actuel, mais même si quelques-unes passaient à travers ce tamis «austéritaire», il n’est pas sûr que cela aboutisse à changer fondamentalement la situation.

La dépréciation du taux de change de la monnaie unique, par exemple, a du sens pour la France mais pas pour la zone euro, qui est excédentaire. Et encore, dans la mesure où les déficits français ont une origine majoritairement européenne, le pays ne profiterait d’une monnaie plus faible que si ses partenaires ne disposaient pas de la même! Or, aux dernières nouvelles, le président de la République n’est pas devenu un partisan de la sortie de l’euro…

Les socialistes français récoltent ce qu’ils ont semé

Les échecs des socialistes dans leur renégociation des traités européens doivent cependant être mis en regard de leurs propres ambiguïtés et choix de politique économique, qui gênent ou rentrent en contradiction avec la construction d’une réelle alternative.

François Hollande appartient ainsi à une génération et à une sensibilité qui ont choisi d’approfondir l’intégration européenne et monétaire, mais aux conditions de l’Allemagne. En faisant le pari de concessions futures, certes, mais probablement aussi en fantasmant la place de la France dans le même groupe de «pays du Nord», dont notre économie ne partage pourtant pas la structure et les besoins.

 

François Hollande et Manuel Valls ne seront pas sauvés par l'Europe

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 16:08

Pour comprendre le monde,il ne faut pas être ignorant en Histoire et en Géographie!                     C'est ce qu'expliquait François Mitterrand a ses ministres. La déclaration de Schroder montre sa connaissance de l'Ukraine et de la Russie. Dommage que nos " va-t-en guerre" européens,parisiens et autre ne s'inspirent pas des principes du Président Mitterrand et de l'analyse concernant l'Ukraine du Chancelier allemand Schroder. Cela aurait évité des morts.

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 14:24

La pensée du jour de la Voix du Nord est une phrase d’une certaine Hélène Keller « Le meilleur aboutissement de l’éducation est la tolérance ».

 

Une phrase qui interpelle, c’est le moins que l’on puisse dire, quant on connaît un peu le microcosme politique béthunois.

Ce monde là est fait de suffisance, d’esprit de supériorité, de rejets de l’autre, d’absence totale de respect. On y rencontre des inlassables donneurs de leçons, des gens qui savent tout sur tout, peuvent tout, ratent tout. On y rencontre des gens qui vous élèvent au pinacle tant qu’ils ont besoin de vous puis vous assassinent, lâchement, dans votre dos.. On y rencontre des gens qui invectivent, dénoncent, rejettent tout simplement pour cacher leurs propres insuffisances, pour cacher leurs propres échecs.

 

 

Je ne suis sans doute pas très tolérant en écrivant ceci mais je pense que la tolérance n’est pas la permissivité, n’est pas l’indulgence, n’est pas l’acceptation.

 

Jean-Marc Dendiével.

INTOLERANCE

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 11:29

 Comprendre l'Ukraine avec Gerhard Schröder

L'ex-chancelier allemand, qui avait su opérer un rapprochement avec Vladimir Poutine et Gazprom sous son mandat, dénonce les erreurs de l'UE dans la crise ukrainienne et plaide pour un dialogue avec la Russie.

Invité à débattre de la situation en Ukraine dans le cadre d'une manifestation publique organisée le 9 mars par l'hebdomadaire Die Zeit à Hambourg, l'ex-chancelier social-démocrate allemand Gerhard Schröder (SPD) a dénoncé "la part de responsabilité que porte l'Union européenne dans la crise actuelle en Crimée", relate Der Spiegel.

"La Commission européenne n'a pas eu une once de compréhension pour le fait que l'Ukraine est un pays culturellement divisé et qu'on ne peut agir dans un tel pays comme elle l'a fait, a déclaré Schröder. Dès le départ, elle a commis l'erreur de vouloir signer un accord de partenariat exclusif, placé sous le signe du 'soit [l'UE] soit [la Russie]' (...) au lieu de proposer un 'd'une part [l'UE] d'autre part [la Russie]'. Car c'est d'un partenariat des deux côtés dont a besoin cette ancienne république soviétique."

Hostile à l'idée de jouer les médiateurs dans ce conflit, rôle qui ne peut selon lui revenir qu'à une institution, en l'occurrence l'ONU ou l'Osce (l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), Schröder - qui a déclaré n'avoir pas directement parlé de l'Ukraine avec Vladimir Poutine - comprend les craintes d'"encerclement" du président russe, sans pour autant approuver les moyens qu'il a mis en œuvre.

Convenant que ce dernier enfreint le droit international, Schröder a toutefois tenu à mettre en garde les donneurs de leçon : "J'en ai fait autant", a-t-il déclaré, rappelant la participation allemande à la guerre au Kosovo contre la Serbie sous son gouvernement, sans mandat de l'ONU. Quant au référendum du 16 mars qui vise à rattacher la Crimée à la Russie, il l'a comparé à la déclaration d'indépendance du Kosovo par rapport à la Serbie.

Enfin, Gerhard Schröder a encouragé le gouvernement de grande coalition d'Angela Merkel (CDU) et de son ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier (SPD), à poursuivre sur la voie du dialogue avec la Russie plutôt que de miser sur une "spirale des sanctions". D'autant que de telles mesures pénaliseraient l'Allemagne plus que d'autres pays.

Il faut laisser du temps au temps, a conclu en substance l'ex-chancelier, aujourd'hui à la tête du conseil de surveillance de North Stream, considérant que la période la plus propice pour un règlement du conflit viendrait après l'élection d'un nouveau gouvernement à Kiev, "représentant l'ensemble de la population". Un gouvernement dont, selon lui, le parti nationaliste conservateur Svoboda ne devrait pas faire partie.

L'ex-président et actuel Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, entre la chancelière allemande Angela Merkel et l'ex-chancelier, Gerhard Schroeder, à la cérémonie d'inauguration du gazoduc North Stream .

L'ex-président et actuel Premier ministre russe, Dimitri Medvedev, entre la chancelière allemande Angela Merkel et l'ex-chancelier, Gerhard Schroeder, à la cérémonie d'inauguration du gazoduc North Stream .

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 11:06

Laurent JOFFRIN

Une saine colère populaire sanctionnera un jour la politique aberrante imposée depuis bientôt sept ans par la classe dirigeante européenne. Sept ans d’austérité, sept ans de malheur… Les derniers chiffres sont accablants. L’économie de la zone euro a cessé de croître depuis six mois et se retrouve confrontée au spectre de la déflation, promesse de souffrances supplémentaires. C’est la seule région du monde qui conjugue des déséquilibres financiers dangereux, une production stagnante et un chômage de masse. Nombre d’économistes, dont quelques Prix Nobel - Stiglitz, Krugman, qui ne sont pas des populistes échevelés -, l’avaient prédit ; le FMI a fini par le reconnaître : il était destructeur d’ajouter au cilice d’une politique monétaire restrictive le carcan de l’austérité budgétaire.

 

 

Par dogmatisme - et par avidité -, l’oligarchie continentale a passé outre, jugeant que les intérêts de la finance - c’est-à-dire les siens - devaient l’emporter sur ceux du peuple. La Banque centrale européenne a étranglé la croissance ; les oukases budgétaires de Bruxelles l’ont achevée. Certains ont pris conscience de cette aberration, à l’exemple de Mario Draghi, le patron de la BCE. Mais le mal était fait. L’erreur de François Hollande ? Tomber dans ce piège orthodoxe. Certes, on ne pouvait laisser filer sans fin les déficits et vivre à crédit. Certes, il fallait des réformes, dont plusieurs ont été engagées avec détermination. Mais il fallait aussi rompre avec le marasme européen et les dogmes de la finance, cet adversaire désigné pendant la campagne. L’austérité sans résultats anémie le pays et désespère la gauche. Est-il trop tard pour réagir ? Les remèdes sont connus : relance européenne, assouplissement monétaire, réformes de structure et report des objectifs budgétaires. Il reste une petite chance

Aberration !!!

Partager cet article

Published by le journaliste
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog