Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
LE CH'TI BETHUNOIS

Généralisez les ABCD de l'égalité

30 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Collectif pour les ABCD de l'égalité

Les ABCD de l'égalité offrent aux enseignant-e-s des outils et des ressources pour aider à la prise de conscience des stéréotypes de sexe, dans et hors la classe, et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes. Ce sont des outils fondamentaux, car c'est dès le plus jeune âge que l'on construit une culture de l'égalité entre femmes et hommes.

L'expérimentation des ABCD a été la cible d'une intense campagne de diffamation de la part de mouvement réactionnaires extrêmistes, qui ont semé la confusion dans les écoles et auprès des parents.

Face à cette poignée d'obscurantistes, le gouvernement se pose la question de reculer sur tout ou partie de ce dispositif. Benoît Hamon, Ministre de l'Education nationale, doit s'exprimer sur le sujet en début de semaine prochaine.

Le gouvernement doit généraliser le dispositif des ABCD qui a fait ses preuves ! Il ne faut pas que le gouvernement lâche du terrain face à ces mouvements dangereux pour l'égalité !

En étant nombreux-ses à signer cette pétition, aux côtés des associations de promotion de l’égalité femmes-hommes, association de parents d’élèves, syndicats des personnels de l’Éducation nationale, d’étudiant-e-s et de lycéen-ne-s, associations de lutte contre les LGBT-phobies, nous montrons au gouvernement que nous sommes nombreux-ses à vouloir que l'école soit un lieu d'apprentissage de l'égalité :

- Nous voulons la généralisation des ABCD parce qu'ils sont efficaces !

- Nous voulons la généralisation des ABCD parce que le bilan des 30 ans de politiques publiques d'éducation à l'égalité est insuffisant et qu'il y a urgence à agir !

- Nous voulons la généralisation des ABCD parce que nous attendons depuis trop longtemps une légitimité institutionnelle et perdons patience !

- Nous voulons la généralisation des ABCD parce que renoncer aux engagements est désastreux pour la démocratie et qu'il en va du bien-être des enfants.

- Nous voulons la généralisation des ABCD parce que ce dispositif est innovant. Il est salutaire. Et il a fait ses preuves sur le terrain.

Généralisez les ABCD de l'égalité
Lire la suite

Trois conseillers de Hollande sur le départ

29 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Trois conseillers de Hollande sur le départ, un autre soupçonné de fraude fiscale

Il va (encore) y avoir du mouvement à l'Elysée. Selon les informations du Monde et d'Europe1, trois conseillers de François Hollande s'apprêteraient à rendre leur tablier.

Il s'agirait de l'ancien journaliste Claude Sérillon, jadis chargé de la communication, de David Kessler, conseiller culture et communication, et d'Emmanuel Macron. Si le départ des deux premiers semblait acquis, celui d'Emmanuel Macron, qui occupe le poste stratégique de secrétaire général adjoint chargé des questions économiques, est une surprise.

"Avec le changement de gouvernement, la confirmation de la ligne et le fait que les décisions annoncées il y a quelques mois, comme le pacte de responsabilité et les 50 milliards d'économies, ont été prises, nous [le président et lui] nous sommes dit que c'était le bon moment", a confié Emmanuel Macron au Monde, assurant avoir pris cette décision en accord avec le chef de l'Etat.

 

 

les réactions :

- Bercy a du boulot, s'il veut couvrir tous ces cas. On comprend qu'il ait voulu maintenir en place son verrou réservé.

- Le président de la République va avoir besoin d'une bonne entreprise de com'.

- On pourrait lui recommander Bygmalion : a fait ses preuves ; pas besoin d'appel d'offre ; factures souples ; double facturation sur demande ; connaît bien le monde politique ; discrétion garantie ; solide expérience ; neutralité absolue ; grandiose courant ; 100% financé par le contribuable ; 100% d'échec garanti ; rembourse 1/ le premier contribuable satisfait ; 2/ le premier qui arrive à expliquer à quoi sert la com'.

 

- "A quoi sert la com' ? C'est pourtant simple : à discourir quand on a rien dire. 
Les journalistes se chargent du reste : à disséquer et analyser le vide pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines (en fonction de l'actualité du moment)...

 

- J’ignorais que Dany Boon travaillait comme économiste chez Bank of America !
- Pas Dany Boon, Laurence Boone !

- Ouais, si tu veux. Ben, c’est comme l’autre là, qui vend des bateaux !
- ????
- M’enfin, la fille là, Chris-Craft...
- Pas Chris-Craft, Christnacht. Virginie Christnacht !

-Ouais, si tu veux. N’empêche qu’il bel et bien embauché un Gangster !
- Pas Gangster, Gantzer. Gaspard Gantzer !

- Ouais, si tu veux. Et tu vas aussi me dire que la Ciabatta embauchée, elle est pas italienne !
- Pas Ciabatta, Ianetta ! Nathalie Ianetta,

-Ouais, si tu veux et est-ce que tu vas me dire....
- Arrête, tu me fatigues !
- Bon, alors, la même chose ?
- Ouais, et c’est toi qui payes...

- Quelle est l'utilité à avoir des conseillers ? Quand le président avait déclaré le 22 Janvier 2012 " Mon véritable adversaire , il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne . Cet adversaire , c'est le monde de la finance "

- ce midi j'entendais que les députés socialistes frondeurs faisaient à nouveau parler d'eux en faisant des contre propositions au pacte de responsabilité afin de mieux cibler les entreprises à aider par des exonérations. Dans cet article je vois qu'il y a aussi du "charivari" au sein des divers conseillers, un jeu de chaises musicales capable de donner le tournis à un valseur confirmé. Dans l'autre camp c'est la foire d'empoigne entre les pro et anti Sarkozy, incapables de mettre leur ego de côté ne serait-ce qu'une minute pour le bien de leur parti, et à l'extrême droite c'est à nouveau le je t'aime moi non plus entre père et fille. Je n'ose plus regarder les informations, ce ne sont que cafouillis, prises de becs, postures de matamores, règlements de compte à politique-city, et parmi cette vaine agitation, des citoyens spectateurs désabusés de ce monde parallèle surréaliste qui essaient de tenir bon malgré les vicissitudes quotidiennes




- Et le président de la République va sûrement nous trouver un bon spécialiste de com' pour l'Elysée. Nous, la com', on est toujours preneurs...

- On recommanderait bien Bygmalion, s'ils ont un moment de libre... bonne expérience du milieu politique, pas besoin d'appel d'offre, doubles factures sur demande...

- le papier du monde montre que "l'employeur" public recase toujours ses ouailles.. 
pas de sortie sèche, comme pour les peines de prison désormais. quant au départ de macron en économie ça fait un moment que Piketty et Aghion disent qu'ils n'y comprennent goutte...

- A propos, quid de ces 50MDE d"économie et quid du pacte de compétitivité de X MDE ( on n'en sait plus le montant) annoncés en JANVIER dernier???

- Avec Jouyet, on a un administratif de plus qui prétendra comprendre la vie des entreprises, + un nième banquier conseiller.. Bah...> l'avenir est serein !

- bin si il recrute, moi je veux bien une tite place,mais je sais pas ce que je ferais , ont verras bien au moment voulus

 

Trois conseillers de Hollande sur le départ
Lire la suite

L'équation Coupe du monde 2014 et défilé du 14 juillet

29 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Le Point.fr

Si les Bleus se hissent Jusqu'a la finale du Mondial, Qui aura lieu le 13 juillet au soir, CELA compliquera l'organisation des défilés Dans La foulée.

C'est la tradition de de juin. Tous les ans, le 14 juillet, Les Militaires défilent Sur Les Champs-Élysées A l'occasion de la fête nationale.POURTANT, cette année,  Le Figaro  Evoque un possible Décalage de la cérémonie au Lendemain. La raison? La finale de la Coupe du monde se disputera le 13 juillet au soir.Une éventuelle qualification des Bleus entraînerait un Problème d'Emploi du Temps du chef de l'État, Qui envisagerait Alors de soi Rendre au  Brésil  pour soutenir et pour applaudir  l'Équipe de  France . 

 

Franchement si c'est leur principal souci ??

 

La barre des 5 millions de Chômeurs est franchie en mai et le pire c'est qu'ils ont plein d'avenir à Pôle emploi ... Quand on voit leur principal sujet de réflexion.
 

L'équation Coupe du monde 2014 et défilé du 14 juillet
Lire la suite

Trois mois maintenant !!!

29 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

 

Olivier Gacquerre sera épaulé par dix adjoints pour que Béthune « se développe et rayonne »

PUBLIÉ LE 05/04/2014

 

Pour ce 3e tour, hier, l’hôtel de ville était blindé. Mais les haut-parleurs installés sur la Grand-Place et les portes-fenêtres ouvertes n’ont pas suffi à attirer les badauds. Un symbole pour Olivier Gacquerre qui veut montrer « que l’hôtel de ville est ouvert, qu’il se passe quelque chose ».

 

Bon Paris, ne s'est pas fait en 1 jour, Béthune non plus.

Tout le monde sait bien que la partie visible de l'iceberg est petite, dans le travail municipal c'est la même chose, des réunions de ceci des réunions de cela, des fêtes de ceci et cela, les copains sont à peu près en place, maintenant en mairie pour aller voir quelqu'un, il faut montrer pattes blanches, car la police veille.

Le "petit roquet" de Député, accompagné des félons, ramène toujours sa fraise, à sa place silence complet, voir son bilan de 6 ans..

Des disparitions aussi le "Béthune aujourd'hui pour hier en passant par la veille" il est où ? lui présent partout avant, sachant tout et se mêlant de tout, peut être parti en Grèce ???

Bon revenons à nos oignons, 3 mois maintenant, la seule partie visible de l'électeur lambda c'est le changement des ampoules sur la place du beffroi !

Désolé ce n'est pas suffisant, il faudrait peut être appuyer un plus sur la pédale de droite où celle de gauche pour passer àla vitesse supérieure, pour que le ville se développe et rayonne à nouveau...   

Trois mois maintenant !!!
Lire la suite

Mission secrète ???

28 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

François Hollande a envoyé DSK en mission secrète en Allemagne, après le Sofitel, selon Le Point

Le candidat Hollande a chargé Dominique Strauss-Kahn d'une visite secrète en Allemagne,

L'hebdomadaire écrit que l'ancien patron du FMI s'est rendu en Allemagne, pendant la campagne présidentielle de 2012, secrètement missionné par François Hollande, pour établir les premières passerelles avec la chancelière Angela Merkel, Wolfgang Schäuble, le ministre des finances et Peer Steinbrük, à l'époque patron du SPD.

Toujours selon Le Point, le chef de l'État n'a, au final, pas écouté les conseils de DSK et les deux hommes ne se sont plus revus depuis.

Dans le même article, Julien Dray assure que DSK annonce depuis longtemps une dissolution de l'Assemblée nationale.

 

Mission secrète ???
Lire la suite

"Une fusée qui ne part pas droit ne monte pas au ciel"

28 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Dominique Strauss-Kahn porte un regard sévère sur l'action de François Hollande. 

"Une fusée qui ne part pas droit ne monte pas au ciel"
Lire la suite

Reçu 5/5

28 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

DSK menace François Hollande : "S’il continue à m’emmerder, je reviens !"

Entre Dominique Strauss-Kahn et François Hollande, les relations sont complexes, c'est le moins qu'on puisse dire ! Il faut savoir que c'est grâce à la chute du premier, pris dans l'affaire du Sofitel, que le second a réussi, contre toute attente, à émerger comme candidat PS aux dernières présidentielles et est finalement parvenu à accéder à l'Elysée en mai 2012.

"On peut plaisanter de beaucoup de choses avec Hollande. Pas de DSK"

Si DSK a depuis refait sa vie, professionnelle et sentimentale, l'ancien directeur du FMI n'en oublie pas pour autant la manière dont il a été oublié, quasiment du jour au lendemain, par sa famille politique. De même, François Hollande ne tient pas particulièrement à ce qu'on lui rappelle qu'il doit sa présidence au déclin de l'ex-compagnon d'Anne Sinclair"La réhabilitation de DSK chez les socialistes demeure le sujet tabou à ne pas évoquer devant le président Hollande, sous peine de voir le visage avenant de celui-ci se fermer subitement", peut-on lire cette semaine dansLe Point, qui consacre un long article aux relations qu'entretientDominique Strauss-Kahn avec d'autres socialistes, à l'instar du président de la République. "On peut plaisanter de beaucoup de choses avec Hollande. Pas de DSK", ajoute l'hebdomadaire.

"S’il continue à m’emmerder, je reviens !"

De son côté, DSK s'abstient bien de donner publiquement son avis sur François Hollande et sur ce qu'il pense de l'action du président. Mais en privé, les critiques fusent. "Le gouvernement de Hollande aurait été parfait pour le début des années 80, quand la crise était encore gérable. Mais par grand vent...", lâcherait ainsi l'ancien directeur du FMI à ses proches amis, estimant encore que"la moitié" des ministres sont "des brêles".

 

Reçu 5/5
Lire la suite

DSK en off !

28 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Le Point.fr

Dominique Strauss-Kahn s'interdit toute parole politique en public. Mais à ses amis il dit beaucoup de choses... décapantes et pertinentes !

DSK entre dans sa troisième vie : l'ancien professeur, l'ancien politique, est désormais un homme d'affaires aux conseils recherchés. Dans quelques jours, le 1er juillet, son fonds, DSK Global Investment, sera lancé sur le marché. Il espère lever 500 millions de dollars à la fin de l'année et 2 milliards de dollars à terme. Un fonds qui s'adresse aux fonds souverains et aux grandes fortunes. Si, aujourd'hui, l'ancien patron du FMI partage sa vie entre deux avions, quatre continents et quelques escapades dans sa résidence de Marrakech, son regard politique n'a rien perdu de son acuité.

Si DSK a explosé en vol dans la suite 2806 du Sofitel de New York, les strauss-kahniens, eux, n'ont pas trop mal réussi sous Hollande :Jean-Christophe Cambadélis, son plus fidèle bras droit, dirige désormais le parti ; Jean-Marie Le Guen, sa boîte à idées d'antan, est désormais secrétaire d'État des Relations avec le Parlement. DSK continue également à voir Christophe Borgel, l'homme des élections au PS, ou encore son ancienne plume Gilles Finchelstein. Julien Dray n'était pas particulièrement proche de lui, mais, depuis un an, les deux hommes se sont rapprochés. Dray, désormais en froid avec Hollande, trouve en DSK un confident attentif...

C'est à l'intérieur de ce petit cercle, auquel il faut ajouter quelques hommes d'entreprise, que la parole de DSK est la plus libre. Hollande, Valls, l'Europe, la globalisation... Le Point a reconstitué ses réflexions, souvent drôles et pertinentes, sur le vaste monde et ses tribulations. Après deux ans de présidence Hollande, l'ancien patron du FMI, qui n'a plus d'ambition politique, n'est pas toujours tendre. Il est cependant peiné de ne pouvoir se rendre plus utile à son pays.

 

DSK en off !
Lire la suite

La désinvolture face au chômage

28 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

On connaissait la langue de bois, outil utilisé dans l’univers politique. Voici maintenant le silence de bois : c’est ainsi que François Rebsamen a décidé d’accueillir la publication des derniers chiffres du chômage. Ils sont si mauvais que, s’avouant vaincu à l’avance, incapable de trouver un bois assez dur pour les commenter, le ministre du Travail s’est tu. Lui qu’on entend commenter avec expertise les matchs de foot ne juge même plus utile de tenter d’expliquer l’inexplicable.

On connaissait la langue de bois, voici maintenant la blague en bois : c’est ainsi que le ministre des Finances a choisi de traiter l’incapacité de la France à créer des emplois. La rigidité des lois sociales n’entrave-t-elle pas l’embauche, le Code du travail n’est-il pas devenu monstrueusement épais ? « Il suffit de l’écrire plus petit », a répondu avec désinvolture Michel Sapin. Responsable, lui l’ancien ministre du Travail, de l’échec de l’inversion de la courbe du chômage, il paraît tellement désarmé face à l’atonie de l’économie française et à son incapacité à créer des emplois qu’il se réfugie dans l’humour facile.

A un moment où les relations du pouvoir se tendent, aussi bien avec les syndicats qu’avec le patronat, et alors que plusieurs partenaires sociaux s’interrogent sur l’opportunité de participer à la prochaine conférence sociale, la dégradation des chiffres du chômage et des indicateurs de croissance devrait inciter le gouvernement à plus de professionnalisme. Silence et petite blague ne font pas un discours politique.

Manuel Valls, dont la communication et l’autorité sont sans conteste une force, ne devrait-il pas reprendre cela en main ? Il pourrait ainsi montrer de quel bois politique il est fait.

Nicolas Beytout

1 Réaction

 

Le poisson pourrit par la tête

 

Hollande est incompétent et avant tout un politicien d'appareil. Comme tous les incompétents, il place à ses côtés des incompétents. Des supports qui ne vont pas lui faire de l'ombre. Où sera le pays dans 3 ans à ce rythme 15% de chômage?

 

La désinvolture face au chômage
Lire la suite

Les "brêles"

27 Juin 2014 , Rédigé par le journaliste

Pour DSK, la "moitié" des ministres du gouvernement Valls sont des "brêles"

En privé, l'ancien patron du FMI dit tout le mal qu'il pense du président François Hollande et du gouvernement actuel, selon "Le Point".

Bien qu'éloigné de la vie politique, Dominique Strauss-Kahn ne se prive pas de la commenter. En tout cas en privé. L'hebdomadaire Le Point a rapporté ce jeudi quelques propos "off" tenus par l'ancien directeur du FMI, qui ne mâche pas ses mots lorsqu'il s'agit de juger l'équipe gouvernementale. DSK se révèle même particulièrement dur avec le président de la République, François Hollande, mais aussi avec le Premier ministre, Manuel Valls, et le gouvernement socialiste dans son ensemble.

Hollande, un "tacticien"

"Manuel, il veut faire, il peut faire. Mais il n'est pas tout seul. Avec Hollande, ils sont deux dans la même cuisine gouvernementale, l'un tient le sel, l'autre le poivre", aurait ainsi dit DSK, selon Le Point. Et de poursuivre: "Hollande s'implique trop dans le quotidien, Manuel n'a pas d'espace. Il est ficelé dans un gouvernement composé par Hollande dont la moitié sont des brêles. Il n'a pas fait le gouvernement qu'il voulait".

Quant à François Hollande, il n'est ni plus ni moins, pour DSK, qu'un "tacticien". "A chaque instant, Hollande prend la position qui maximise sa situation en se disant: plus tard, on verra. Là, il occupe le centre parce que, fin 2013, Sarkozy envisageait de revenir par le centre", justifie l'ancien patron du FMI.

Les "brêles"
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>